Chargement de la vidéo...

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Partage selon les Conditions Initiales 4.0 International License

Partager

Lien
Intégrer la vidéo

Métriques

Consultations de
la notice

267

Téléchargements du document

1917

上海法租界与天津法租界的扩张: 用连接或比较方法来分析它们的过程及方式 (1861-1937)

2014-05

Description : Les trajectoires des concessions françaises de Shanghai et Tianjin, respectivement établies le 6 avril 1849 et le 29 mai 1861, s’inscrivent dans toute l’histoire du système concessionnaire puisqu’elles sont parmi les derniers établissements rétrocédés entre 1943 et 1946. Emblématiques de la présence française en Chine et de ses ambitions, ces deux concessions ont cherché à s’étendre à plusieurs reprises. Leurs différentes expériences, entérinées ou contrariées, représentent des cas d’étude révélateurs des caractéristiques de l’expansionnisme territorial et de ses multiples implications, tant du point de vue des relations internationales que du contexte intérieur chinois. Elles mettent notamment au jour la difficile posture gouvernementale chinoise et sa faiblesse continue face aux revendications étrangères que le changement de régime en 1912 ne parvient pas à infléchir. Elles constituent enfin un prisme d’observation privilégié de l’évolution de la conscience nationaliste et de ses manifestations au sein d’une partie de la société urbaine en Chine. Partant de la première extension de la Concession française de Shanghai en 1861, cette étude se poursuit jusqu'aux arrangements officieux conclus par les Français en 1937 pour le rattachement du quartier de Laoxikai à leur concession de Tianjin qui marque la dernière tentative de cette nature. L’objectif de cet article consiste à tenter d'éclairer les logiques de l'extension territoriale à la lumière des trajectoires de ces deux entités comparables et représentatives des modalités expansionnistes, de leurs réussites et de leurs obstacles. Cette mise en perspective invite également à réfléchir sur la méthode et l’approche adoptées en s’interrogeant sur les limites de l'histoire comparée et sur la potentielle complémentarité offerte par la perspective d'une analyse « connectée ».


https://hal.archives-ouvertes.fr/medihal-01259970
Contributeur : Fleur Chabaille-Wang <>
Soumis le : jeudi 21 janvier 2016 - 17:54:52
Dernière modification le : mardi 19 avril 2016 - 16:17:28