Skip to Main content Skip to Navigation
Preprints, Working Papers, ...

L'art en personne. Pour une histoire sociale du portrait : Les tensions créatrices du portrait photographique # 3

Résumé : À l'origine, les plaques photographiques étaient si lentes que les modèles étaient astreints à de longues poses sans bouger. À partir des années 1870-1880, les émulsions devinrent trop rapides : elles produisaient des instantanés quand c'étaient toujours des icônes que réclamaient la clientèle, c'est-à-dire des images parfaites, idéalisées. Le temps et ses contraintes ont donc toujours pesé sur la démarche des photographes. Héritiers de la tradition picturale, certains recherchèrent l'image unique qui pourrait résumer la personnalité de leur modèle, quand d'autres traquaient une image générique en superposant de multiples portraits individuels. Selon une logique opposée, les portraits se démultiplièrent en séries, en particulier dans la photographie documentaire. Certaines visaient à rendre visible les effets du temps sur le visage des mêmes modèles, tandis que d'autres éclataient tout bonnement la représentation en autant d'éclats que d'instantanés.
Document type :
Preprints, Working Papers, ...
Complete list of metadatas

Cited literature [10 references]  Display  Hide  Download

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02894132
Contributor : Sylvain Maresca <>
Submitted on : Wednesday, July 8, 2020 - 5:39:55 PM
Last modification on : Friday, July 10, 2020 - 3:42:28 AM
Long-term archiving on: : Monday, November 30, 2020 - 4:12:12 PM

File

Sylvain Maresca-Les tensions c...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02894132, version 1

Collections

Citation

Sylvain Maresca. L'art en personne. Pour une histoire sociale du portrait : Les tensions créatrices du portrait photographique # 3. 2020. ⟨hal-02894132⟩

Share

Metrics

Record views

43

Files downloads

31