Les pouvoirs des sciences : analyse des pouvoirs supposés et effectifs de la culture scientifique sur l'ordre social

Résumé : Cette communication propose une entrée par un domaine rarement abordé en sociologie de la culture : la culture scientifique et technique. Exposée dans des musées qui lui sont consacrés et diffusée via des supports spécialisés (magazines, livres, jeux, émissions de vulgarisation) ou généralistes – à travers les mises en scène réelles ou fictives des scientifiques – la culture scientifique trouve progressivement sa place aux côtés de la culture « classique » dans les programmes de recherche (Bordeaux et Kerlan, 2015 ; Détrez, 2014). L’approche est d’autant plus intéressante que les inégalités et les enjeux de pouvoir sont importants dans ce domaine : il n’est pas donné à tout le monde de devenir un ou une scientifique, et la pratique des sciences, exception faite de la médecine et assimilés, restent l’apanage des hommes blancs des classes favorisées (Harding, 1991). La familiarité avec les sciences fait ainsi partie des attributs du modèle de la masculinité hégémonique et participe d’une position d’autorité culturelle (Connell, 2014 [1995]). De nombreux discours - par exemple en médiation culturelle - prêtent pourtant à la culture scientifique des vertus de démocratisation scolaire et d’« ouverture des possibles » en s’appuyant sur l’idée que les sciences permettraient de sélectionner de façon juste et méritocrate les individus et de les élever socialement : les sciences seraient un ascenseur social.  Cette communication cherche d'abord à montrer comment une doxa largement partagée de la haute valeur d’échange et de la puissance sociale des sciences s’exprime dans les produits culturels scientifiques, et comment le pouvoir d’ascenseur social prêté aux sciences s’incarne dans une action concrète de médiation culturelle menée en milieu scolaire. L'enjeu de ce travail est aussi  d'aller contre cette doxa en montrant que la culture scientifique est aussi le siège d’un pouvoir qui légitime et renforce les inégalités sociales de genre, de classe et de « race » tout en préservant l’apparence d’une sélection juste fondée sur la méritocratie et l’intelligence. Ce travail repose sur une enquête de terrain longitudinale engagée depuis 2013 auprès d’enfants vivant dans le 8e arrondissement de Lyon. L’étude suit une cohorte d’élèves qui participent depuis trois ans à un projet intitulé « Tous égaux devant les sciences » (TES), piloté par l’association de vulgarisation scientifique RévoluSciences,  et qui se traduit par la mise en place d’ateliers scientifiques hebdomadaires dans les classes et par le suivi des enfants du CM1 à la 5e. La communication s’appuiera sur les données obtenues dans le cadre de trois années d’observation participante des ateliers scientifiques ainsi que sur des entretiens réalisés en 2015 et 2016 avec des enfants, leurs familles, les médiateur·trices scientifiques et les enseignant·es. Les entretiens portent sur leurs pratiques culturelles, la place que la science y occupe, et leurs représentations de la science et des scientifiques.   Références    Archer L., Dawson E., Seakins A., DeWitt J., Godec S., Whitby C., 2016, « “I’m Being a Man Here”: Urban Boys’ Performances of Masculinity and Engagement With Science During a Science Museum Visit », Journal of the Learning Sciences, 25, 3, p. 438‑485. Archer L., DeWitt J., Osborne J., Dillon J., Willis B., Wong B., 2012, « “Balancing acts”’: Elementary school girls’ negotiations of femininity, achievement, and science », Science Education, 96, 6, p. 967‑989.  Bordeaux, M.-C., Kerlan, A. (dirs.), 2015, Rapport l’évaluation des « effets » de l’éducation artistique et culturelle. Étude méthodologique et épistémologique, Grenoble, Université Stendhal. Connell R., 2014, Masculinités : Enjeux sociaux de l’hégémonie, traduit par Hagège M., Vuattoux A., Paris, Éditions Amsterdam. Détrez C., 2014, Sociologie de la culture, Paris, Armand Colin. Harding S., 1991, Whose Science? Whose Knowledge?: Thinking from Women’s Lives, Ithaca, N.Y, Cornell University Press. Perry B.L., Link T., Boelter C., Leukefeld C., 2012, « Blinded to science: gender differences in the effects of race, ethnicity, and socioeconomic status on academic and science attitudes among sixth graders », Gender and Education, 24, 7, p. 725‑743.  
Type de document :
Communication dans un congrès
7ème congrès de l'Association Française de Sociologie, Jul 2017, Amiens, France
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01572055
Contributeur : Clémence Perronnet <>
Soumis le : vendredi 4 août 2017 - 14:48:15
Dernière modification le : mercredi 31 octobre 2018 - 12:24:14

Fichier

Intro communication AFS CPerro...
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : halshs-01572055, version 1

Collections

Citation

Clémence Perronnet. Les pouvoirs des sciences : analyse des pouvoirs supposés et effectifs de la culture scientifique sur l'ordre social. 7ème congrès de l'Association Française de Sociologie, Jul 2017, Amiens, France. 〈halshs-01572055〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

188

Téléchargements de fichiers

330