Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Penser le travail artisanal : entre touches personnelles et routines collectives

Résumé : Penser le travail artisanal par le truchement de la bipartition formel/informel au niveau individuel et collectif. Quelle place tient l'informel dans les manières de faire ? L'opposition formel/informel a-t-elle vraiment un sens pour rendre compte des pratiques au sein de l'entreprise artisanale qui est réputée peu encline à la formalisation ? Notre questionnement autour du travail renvoie à ce qui se passe dans la non-séparation entre la conception et l'exécution du travail en l'absence d'une formalisation poussée des prescriptions dans l'artisanat. Quelle appropriation du travail ? Quelle autonomie est accordée aux travailleurs ? Cette autonomie est-elle davantage liée à un souci d'efficacité puisqu'elle permettrait les ajustements les plus adéquats aux aléas de la production, ou cette marge de liberté est-elle plutôt un vecteur de reconnaissance des travailleurs ? Nous prenons appui sur l'analyse de l'appropriation des normes de métier et la négociation de la frontière entre la nécessité de se conformer au cadre normatif et l'acquisition d'une "légitimité dans le faire " permettant de s'en écarter.
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00981628
Contributor : Samia Ait Tkassit <>
Submitted on : Tuesday, April 22, 2014 - 3:33:35 PM
Last modification on : Thursday, November 21, 2019 - 2:23:19 AM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00981628, version 1

Citation

Samia Ait Tkassit. Penser le travail artisanal : entre touches personnelles et routines collectives. Journées Internationales de Sociologie du Travail 2014, Jun 2014, Lille, France. ⟨halshs-00981628⟩

Share

Metrics

Record views

483