Skip to Main content Skip to Navigation
New interface
Conference papers

Adapter la diffusion de l’alerte aux populations en tenant compte des caractéristiques territoriales : investigations à l’échelle communale

Résumé : En France, la diffusion de l’alerte aux populations face à un risque naturel ou anthropique repose sur une panoplie d’outils variés. A l’échelle de l’Etat, la sirène a longtemps fait figure de moyen prioritaire (Douvinet et al., 2021), mais deux nouveaux outils vont être déployés en 2022 : le cell broadcast et le SMS géolocalisé. Ces deux solutions, certes différentes dans leurs fonctionnalités, permettent toutes deux d’envoyer un message sur tous les téléphones mobiles situés à l’intérieur d’une zone d’alerte (Bean, 2019). A l’échelle communale, où l’alerte aux populations est une prérogative du maire, une multitude d’autres outils d’alerte existent ce qui aboutit à une grande hétérogénéité dans la manière de diffuser l’alerte d’une commune à une autre (Bopp, 2021). En s’appuyant sur un échantillon de 40 communes et de 13 moyens d’alerte, cette étude à pour objectifs : 1) d’identifier les caractéristiques communales qui jouent sur l’adaptabilité de chacun des moyens d’alerte pour développer un système spatial d’aide à la décision afin d’aider les maires dans leurs choix d’équipement ; 2) apprécier la quantité et la diversité des outils adaptés entre les 40 communes ainsi qu’entre les différentes zones d’alerte identifiées au sein de chaque commune ; 3) évaluer l’adaptabilité globale des 13 moyens d’alerte ; 4) identifier et caractériser les communes difficilement alertables. Les résultats montrent une grande diversité des situations entre les communes mais aussi, à l’échelle infra-communale, entre les différentes zones d’alerte. Le nombre d’habitant ne joue pas sur le nombre de moyen adapté à la commune, mais sur l’hétérogénéité des moyens adaptés aux différentes zones d’alerte infra-communale. Le cell broadcast et le LB-SMS sont très rarement adaptés à l’échelle communale et leur utilisation doit être privilégiée sur des échelles plus larges. A l’inverse, le SMS classique, l’application smartphone et le véhicule d’alerte sont des moyens adaptés à plus de 75% des zones d’alerte (n=611). Les communes difficilement alertables se caractérisent par un mauvais accès aux réseaux de télécommunication (paramètre prépondérant pour 6 moyens sur 13) ainsi que par la présence de risques à cinétique rapide, limitant l’utilisation de moyens d’alerte chronophages.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadata

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03637101
Contributor : Théoriser et modéliser pour aménager (UMR 6049) Université de Bourgogne Franche-Comté Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, April 11, 2022 - 1:45:38 PM
Last modification on : Tuesday, April 12, 2022 - 3:40:19 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-03637101, version 1

Collections

Citation

Esteban Bopp. Adapter la diffusion de l’alerte aux populations en tenant compte des caractéristiques territoriales : investigations à l’échelle communale. Quinzièmes Rencontres de Théo Quant, UMR ThéMA, Feb 2022, Besançon, France. ⟨hal-03637101⟩

Share

Metrics

Record views

20