Un modèle d'autocorrélation de paire pour une meilleur description morphologique des agrégats fractals individuels

Résumé : Dans de nombreux cas, les aérosols de nanoparticules prennent la forme d'agrégats de particules dites "primaires". Quand l'agrégation est pilotée par le mouvement Brownien des particules, ce qui est le cas par exemple pour les particules de suie, la structure ramifiée des particules ainsi générées est qualifiée de fractale introduisant une dimension fractale qui quantifie la compacité de ces particules. Cependant, les objets réels sont quasi-fractals car limités spatialement aux petites et aux grandes échelles. Si la limite supérieure a déjà été considérée par le passé[1, 2], beaucoup moins d'attention a été portée à l'impact de la prise en compte de la limite inférieure, pilotée par les sphérules primaires. Dans ce travail, on modélise la fonction d'autocorrélation de paire en tenant compte de ces deux limites (figure 1). Il en découle une modélisation analytique du préfacteur fractal individuel ainsi que de la fonction de phase (structure factor) intervenant dans les mesures optiques des particules agrégées. Ceci ouvre la voie à une caractérisation morphologique plus fine des agrégats quasi-fractals.
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02320451
Contributor : Jérôme Yon <>
Submitted on : Friday, October 25, 2019 - 9:29:42 AM
Last modification on : Saturday, October 26, 2019 - 1:57:19 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02320451, version 1

Citation

J. Yon, José Morán, François-Xavier Ouf, James Mitchell. Un modèle d'autocorrélation de paire pour une meilleur description morphologique des agrégats fractals individuels. Réunion Plénière du GDR Suie, Oct 2019, Marseille, France. ⟨hal-02320451⟩

Share

Metrics

Record views

19