Comment Lyon est devenu la ville où s'expérimentent les « réseaux intelligents » qui pourraient révolutionner la connaissance des territoires « vécus » ? Retour sur la genèse de SEL

Résumé : Au cours des dernières années, les projets de « compteurs communicants » se sont rapidement développés faisant l'objet d'expérimentations diverses dans de nombreuses grandes villes européennes et plus particulièrement en France. Ces dispositifs font partie d'un chantier plus global de développement de réseaux intelligents (« Smart grids ») qui visent à l'automatisation de l'ensemble des réseaux de distribution électrique, depuis les sites de production jusqu'aux consommateurs en bout de ligne. Concernant les « compteurs communicants », l'idée des développeurs va au-delà d'une simple automatisation en permettant une communication bidirectionnelle entre le gestionnaire d'électricité et les usagers. L'avantage ne sera pas seulement pour les gestionnaires qui auront accès à une interopérabilité des réseaux électriques avec les équipements domotiques des particuliers, mais aussi pour les consommateurs eux-mêmes qui pourront suivre leur consommation en temps réel et adapter le cas échéant leurs comportements. Début 2011 la Métropole de Lyon accueille le projet d'expérimentation Smart Electric Lyon (SEL), mené par le groupe EDF. Ce projet lancé officiellement en 2012, regroupe une vingtaine de partenaires industriels, les grands opérateurs du secteur de l'électricité, ainsi que des chercheurs et des universitaires. Son objectif principal est de tester les nouveaux systèmes électriques innovants en mettant les consommateurs particuliers et industriels au coeur de l'expérimentation. Initié par le grand groupe EDF qui propose d'associer les systèmes de compteurs communicants et leurs technologies, le projet s'inscrit dans la perspective de faire émerger des données, nouvelles et affinées (à l'échelle des foyers), sur la manière dont les clients consomment l'énergie dans le but d'en faire des données utilisables à la fois par les gestionnaires urbains (publics et privés) mais également par les consommateurs eux-mêmes. En s'intéressant à la genèse de SEL, on découvre que la Métropole de Lyon constitue, semble-t-il depuis plusieurs années, un terrain favorable aux différentes expérimentations liées au déploiement des réseaux intelligents (Smart grids), comme par exemple le projet Linky ou Greenlys. Notre communication reviendra sur les débuts du projet SEL, ses instigateurs et ses premières mises en oeuvre, avant de proposer un premier aperçu de l'écosystème lyonnais qui s'est progressivement mis en place au cours des années 2000. Cette description sera l'occasion de découvrir les rapports entre les différentes nouvelles données produites, qui informent sur la manière dont les gens « vivent leur consommation d'énergie » sur les territoire urbains et pourraient permettre à la fois l'évolution du gouvernement des systèmes de fourniture d'électricité urbains mais aussi l'évolution du comportement des citadins eux-mêmes (une sorte de « gouvernement par le bas » ou de gouvernementalité des agents pour reprendre la terminologie de Foucault) pour gérer d'avantage leur consommation d'électricité.
Complete list of metadatas

Cited literature [29 references]  Display  Hide  Download

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02266049
Contributor : Yasser Wahyuddin <>
Submitted on : Tuesday, August 13, 2019 - 11:21:41 AM
Last modification on : Wednesday, August 14, 2019 - 1:21:00 AM

File

Proposition de communication a...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02266049, version 1

Citation

Yasser Wahyuddin. Comment Lyon est devenu la ville où s'expérimentent les « réseaux intelligents » qui pourraient révolutionner la connaissance des territoires « vécus » ? Retour sur la genèse de SEL. RIDA²D - Les 4ème rencontres interdisciplinaires doctorales de l’architecture et de l’aménagement durables, ENTPE-ENSAL, Jan 2017, Vaulx-en-velin, France. ⟨hal-02266049⟩

Share

Metrics

Record views

10

Files downloads

2