La mise en discours d’obstacles par une enseignante de langue chevronnée

Résumé : Toute action d’enseignement implique des obstacles inhérents à l’apprentissage visé (Cicurel, 2011 : 177). Les enseignants novices peuvent plus particulièrement être déstabilisés par la « résistance des actions accomplies » (Filliettaz, 2005 : 28) ou par l’écart entre leurs « idéaux et la réalité des classes » (Cambra Giné, 2003 : 269). En raison de l’expérience qu’ils ont engrangée, les formateurs chevronnés sont moins susceptibles d’être perturbés par l’imprévu. Les routines qu’ils ont développées leur évitent d’ « être décontenancé[s] à la moindre remarque, déplacée ou non, d’un élève » (Tochon, 1993 : 95) et les aident à « résoudre des problèmes typiques » (Tardif & Lessard, 1999 : 40). Cependant, F. Cicurel (ibid.) souligne que la perception de contraintes n’est pas l’apanage des enseignants de langue débutants. Quels obstacles un professeur de langue expérimenté rencontre-t-il et comment y réagit-il ? Nous nous focaliserons ici sur une enseignante de français langue étrangère dont l’expérience en contexte universitaire atteint les 25 années. Filmée pendant un cours intensif de 4 heures auprès d’un groupe de niveau B1, Elsa s’est prêtée à un entretien d’auto-confrontation trois semaines plus tard. Lorsqu’elle commente des extraits de son cours, elle est amenée à verbaliser des obstacles. C’est ici son point de vue que nous privilégierons, dans une perspective émique et compréhensive, caractéristique de l’ethnographie (Cambra Giné, 2003). Nous chercherons plus particulièrement à caractériser la nature des obstacles perçus. Qu’est-ce qui fait résistance pour cette enseignante ? Une fois les entraves repérées, comment effectue-t-elle des choix pour les surmonter ? Exprime-t-elle des hésitations ? Et sur quoi se fonde-t-elle pour prendre des décisions ? Nous verrons ici que l’expérience d’enseignement joue un grand rôle : l’enseignante se réfère à sa connaissance des apprenants et a recours à des typifications. L’étude des obstacles énoncés par l’enseignante révèlera ainsi ses convictions méthodologiques mais également son empathie, fondée sur sa capacité à anticiper les difficultés rencontrées par les étudiants. C’est cette connaissance à la fois des obstacles routiniers et des réactions typiques appropriées que l’expérience permet d’acquérir et qui distingue en ce sens l’agir d’un enseignant novice et de celui d’un enseignant chevronné.
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01933985
Contributor : Catherine Muller <>
Submitted on : Sunday, November 25, 2018 - 12:51:53 AM
Last modification on : Tuesday, September 17, 2019 - 9:37:47 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01933985, version 1

Collections

Citation

Catherine Muller. La mise en discours d’obstacles par une enseignante de langue chevronnée. Colloque international « Les obstacles dans l’enseignement des langues : quelles postures enseignantes ? », Jun 2017, Paris, France. ⟨hal-01933985⟩

Share

Metrics

Record views

39