Les « zones à émissions réduites » en ville : comment s’adaptent les entreprises de transport de marchandises ?

Résumé : Cet article présente des résultats issus du projet de recherche RETMIF (Réduction des émissions du transport de marchandises, scénarios pour l’Île-de-France, 2013-2015) financé par l’ADEME/AACT-AIR, dont l’objectif était de comprendre l’évolution des zones à émissions réduites européennes, et plus particulièrement leur impact sur le transport de marchandises, afin d’en tirer des enseignements qui pourraient servir à la mise en place d’une ZER en région parisienne. Les « zones à émissions réduites » (ZER) sont des parties d’une ville dont l’accès est réservé aux véhicules les moins polluants. Elles sont connues en Europe sous le vocable Low Emission Zones et ont désormais en France le nom de « zones à circulation restreinte » (ZCR) depuis l’adoption de la loi pour la transition énergétique de 2015. Avec plus de 200 d’entre elles déjà opérationnelles, les ZER font désormais partie des principales solutions mises en œuvre par les villes européennes pour améliorer la qualité de l’air. La question de leurs impacts sur la qualité de l’air est traitée par la littérature mais celle de leurs impacts socio-économiques sur le secteur professionnel du transport de marchandises l’est peu. C’est pourquoi nous avons entrepris, par une méthodologie originale, quantitative et qualitative, d’identifier les conséquences pour les activités des entreprises de transport de la mise en place de ZER déjà établies depuis plusieurs années. Nous avons choisi les exemples de Londres, Berlin et Göteborg. Deux approches ont été développées : d’une part, la collecte de données quantitatives sur le secteur du transport de marchandises ; et des entretiens auprès de différents acteurs (autorités locales, fédérations de transporteurs et entreprises de transport) d’autre part. L’analyse de ces données permet de conclure de la façon suivante : la mise en place d’une ZER semble réduire le nombre d’entreprises de transport livrant en ville ; et cette réduction permet aux acteurs – publics et privés – à agir pour sa modernisation. Celle-ci est nécessaire car ce secteur connaît aujourd’hui beaucoup de dysfonctionnements, tant environnementaux du fait de l’utilisation encore importante de véhicules anciens, que sociaux, du fait d’un grand nombre de très petites entreprises ayant des difficultés à maintenir une rentabilité minimale. Les ZER représentent une réponse structurelle favorisant la réorganisation du secteur du transport de marchandises en ville.
Type de document :
Article dans une revue
RTS - Recherche Transports Sécurité, IFSTTAR, 2018, 2018, 15p. 〈10.25578/RTS_ISSN1951-6614_2018-05〉
Liste complète des métadonnées

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01907343
Contributeur : Corinne Brusque <>
Soumis le : lundi 29 octobre 2018 - 13:49:44
Dernière modification le : jeudi 8 novembre 2018 - 09:35:08

Fichier

RTS_ISSN1951-6614_2018-05.pdf
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

Collections

Citation

Laetitia Dablanc, Cecilia Cruz, Antoine Montenon. Les « zones à émissions réduites » en ville : comment s’adaptent les entreprises de transport de marchandises ?. RTS - Recherche Transports Sécurité, IFSTTAR, 2018, 2018, 15p. 〈10.25578/RTS_ISSN1951-6614_2018-05〉. 〈hal-01907343〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

21