Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

De l’épuisement des approches interculturelles et de la nécessité de les dépasser

Résumé : Les approches dites « interculturelles » en didactique des langues ont désormais pignon sur rue et ont acquis leur légitimité académique. Elles se sont imposées face à des approches essentiellement centrées sur l'apprentissage de la langue qui ne prenaient que peu ou pas en compte les aspects non linguistiques ou alors par le biais de la civilisation. Les deux aspects, langue et culture, étaient déconnectés et c'est tout l'intérêt des approches interculturelles d'avoir contribué à montrer et finalement à imposer l'idée que l'apprentissage d'une langue est indissociable de la découverte des modes de vivre, d'agir, de penser des locuteurs qui parlent et qui vivent avec cette langue. Dans le mouvement général qui a permis de sortir du carcan structuraliste, la didactique des langues a compris que les langues ne sont pas que des systèmes dont il s'agit de connaitre et de maitriser le fonctionnement pour devenir un locuteur compétent. A ce mouvement, ont largement contribué la sociolinguistique, la pragmatique, l'analyse conversationnelle ou l'ethnographie de la communication. Les étapes et les auteurs de cette montée en puissance de la prise en compte des aspects non linguistiques dans l'apprentissage des langues sont connus et reconnus et je n'en referai pas l'histoire ici. Il ne s'agit pas non plus de défendre cette approche parce qu'elle n'en a plus besoin. Nous sommes même parvenus à un point où c'est justement la maturité de cette approche qui pose dorénavant problème. A cet égard, il est un symptôme qui ne trompe pas : « interculturel », qui a longtemps été seulement un adjectif, est devenu un substantif. En effet, il est maintenant souvent question de « l'interculturel », qui représente un sous-domaine spécifique de la recherche et de l'intervention sociale. Cette substantivation démontre que le terme ne spécifie plus une approche didactique, des formes de relations sociales et/ou langagières mais un champ d'expertise ou un fait constitué. La substantivation est alors le symptôme qui traduit, ou trahit, le passage d'un mouvement à une stagnation conceptuelle que je vais tenter de décrire. « L'interculturel » se définit forcément par la référence à la culture qui est lui-même un concept devenu un simple terme tant il s'est usé. Les innombrables définitions de la culture, ainsi que ses aussi innombrables occurrences dans le débat public, ont fini par ôter toute consistance à ce qui reste de conceptuel à la culture. La notion de culture ne peut plus rationnellement être convoquée sans au moins un profond travail d'interrogation. Pourtant, elle continue
Document type :
Book sections
Complete list of metadata

Cited literature [14 references]  Display  Hide  Download

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01868870
Contributor : Cornelia Comsa Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Thursday, September 6, 2018 - 9:06:30 AM
Last modification on : Wednesday, November 3, 2021 - 4:50:13 AM
Long-term archiving on: : Friday, December 7, 2018 - 1:06:23 PM

File

Adami_Article Hommages A. Goha...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01868870, version 1

Collections

Citation

Hervé Adami. De l’épuisement des approches interculturelles et de la nécessité de les dépasser. Didactique du français langue étrangère et seconde dans une perspective plurilingue et pluriculturelle. En hommage à la Professeure Dr. Aline Gohard-Radenkovic, pp.227-239, 2016. ⟨hal-01868870⟩

Share

Metrics

Record views

123

Files downloads

302