Quels marqueurs du métabolisme urbain recèlent les accumulations sédimentaires dans les réseaux d’assainissement ? Cas de l’agglomération orléanaise.

Résumé : Les sédiments accumulés dans les réseaux d'assainissement sont des objets assez méconnus des sédimentologues. Pourtant, comme les sédiments lacustres, ils sont susceptibles d'enregistrer l'histoire d'un bassin versant, ici la ville, drainée par des cours d'eau particuliers, ici ses routes et ses égouts. La chambre à sable d'Orléans est un bassin de décantation de 17 m de profondeur, situé en amont des stations d'épuration et collectant les eaux pluviales et usées. Construite en 1942, et n'ayant jamais été curée, près de 70 ans d'histoire de la ville y sont potentiellement archivés à haute résolution temporelle. Alors que la chambre à sable devait être curée en 2015, il semblait important d'étudier ses sédiments singuliers et de tester leur potentiel pour reconstituer l'évolution urbaine des dernières décennies. Une première carotte d'environ 70 cm a été prélevée afin d'inventorier les matières et traceurs qui pourraient rendre compte des différentes thématiques urbaines, telles que la santé et l'environnement. Notre objectif était également d'informer les services de l'assainissement de la nature des matières extraites, pour décider de leur traitement. 15 échantillons ont donc été analysés en terme de texture, de macrorestes végétaux, d'éléments traces et majeurs par microfluorescence X, et de biomarqueurs moléculaires par CPG-SM. Ces sédiments sont caractérisés par une texture grossière (près de 90 % de sables et graviers). Toutefois, elle devient de plus en plus fine avec la profondeur. La fraction grossière contient une grande diversité d'éléments figurés (vis, graines, billes, béton, bitumes) dont les proportions varient avec la profondeur. Les concentrations plus élevées en éléments métalliques (EM) en profondeur coïncident avec des teneurs élevées en matière organique (MO) et en fraction minérale fine, ce qui laisse supposer un effet de matrice. Les sédiments contiennent également une grande diversité de composés chimiques naturels (amyrines, hopanes, dérivés d'acide abiétique, stérols – principalement du coprostanol…) mais surtout synthétiques (HAP – de 3 à 4 cycles aromatiques, antioxydants – Vanox 12, Ionox 220…, médicaments – carbamazépine, aspirine, ibuprofène, oxazepam…, substances cosmétiques – fragrances, parsol MCX, plastifiants – DOA, KP 140). L'évolution des médicaments avec la profondeur indique deux zones de fortes concentrations, datées aux alentours de 2008 et entre 1986 et 1999, alors que les HAP et les amyrines sont concentrés dans les sédiments datés de 2012. Enfin, la faible CPI (Carbon Preference Index, la faible valeur indique qu'il n'y a pas de prédominance pour les chaînes impaires) des n-alcanes associée aux cortèges de HAP pourrait indiquer une contamination aux carburants. La confrontation d'un indice de contamination humaine (établi à partir de stérols) avec des concentrations en microbilles de
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01689674
Contributor : Jérémy Jacob <>
Submitted on : Friday, January 26, 2018 - 7:11:19 PM
Last modification on : Friday, May 10, 2019 - 1:54:16 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01689674, version 1

Collections

Citation

Alexandre Thibault, Jérémy Jacob, Anaëlle Simonneau, Claude Le Milbeau, Mikael Motelica-Heino, et al.. Quels marqueurs du métabolisme urbain recèlent les accumulations sédimentaires dans les réseaux d’assainissement ? Cas de l’agglomération orléanaise.. 15ème congrès français de sédimentologie, Oct 2015, Chambéry, France. ⟨hal-01689674⟩

Share

Metrics

Record views

165

Files downloads

23