L’effet de l’agriculture biologique sur les colonies d’abeilles domestiques

Résumé : L'agriculture moderne est impliquée dans la baisse de la biodiversité et des pollinisateurs. Il a été montré que l'agriculture biologique augmente le nombre d’espèces dans l’environnement. Il est également bien établi que les insectes pollinisateurs et les abeilles sauvages en particulier, bénéficient largement de l'agriculture biologique, dont plusieurs aspects pourraient leur être bénéfiques. A ce titre, les abeilles mellifères par exemple, pourraient bénéficier de l'absence de pesticides synthétiques, épargnées par les empoisonnements mais aussi bénéficiant de l'augmentation de la diversité et la densité des adventices des plantes cultivées. Les différences de choix des cultures et la quantité d'éléments semi-naturels pourraient également être responsables de variations de performances dans les populations d’abeilles. Toutefois, le bénéfice de l’agriculture biologique sur l’abeille mellifère, le plus important pollinisateur des cultures, n’est pas encore très clair.. Elles peuvent réagir différemment des abeilles sauvages en raison de leur comportement alimentaire distinct. Les abeilles mellifères se nourrissent sur de plus grandes distances et emmagasinent de plus grandes réserves de nourriture dans leurs ruches, ca qui peut aussi les rendre moins vulnérables aux pénuries spatiales et temporelles dans la disponibilité des fleurs. Contrairement aux abeilles sauvages, les abeilles butinent aussi plus intensément dans les cultures oléagineuses, lesquelles sont justement moins cultivées dans les systèmes de culture biologique. Néanmoins, les abeilles visitent également une grande variété de fleurs, en particulier pendant la période de disette entre la floraison de colza et de tournesol. A ce moment où les demandes de pollen sont maximales pendant que les ressources sont minimes, les colonies pourraient bénéficier de ressources florales plus abondantes et plus régulières dans les champs en culture biologique. Afin d'identifier les effets de la pratique de l'agriculture sur les colonies d'abeilles, nous avons suivi les performances de colonies et l’assolement autour des ruches. Depuis 2008, 50 colonies ont été placés chaque année dans 10 emplacements différents au sein d'un grand site de recherche au long terme de 450 km2, dont l’assolement général et les localisations des parcelles biologiques ont été enregistrées chaque année. Les réserves alimentaires, la production de couvain et la taille de la population adulte de ces colonies ont été documentées toutes les deux semaines pendant la saison apicole. Cela nous a permis d'évaluer, (i) comment les colonies d’abeilles répondent à l'agriculture biologique, (ii) à quelle échelle spatiale les réponses sont les plus fortes, et (iii) quelle est la proportion de champs en culture biologiques dans le paysage nécessaire pour observer un effet sur les performances des colonies d'abeilles. Nous avons effectivement observé des effets positifs de l'agriculture biologique au cours de la période de disette. A cette époque, les réserves de miel en particulier étaient plus importantes dans les colonies à proximité de cultures biologiques . Cette association positive peut être vérifiée à différentes échelles spatiales, mais est plus fortement visible au-delà de 2000m.
Type de document :
Communication dans un congrès
5. Journées de la Recherche Apicole, Feb 2017, Paris, France. 2017
Liste complète des métadonnées

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01608229
Contributeur : Archive Ouverte Prodinra <>
Soumis le : mardi 3 octobre 2017 - 00:50:33
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 06:28:19

Identifiants

  • HAL Id : hal-01608229, version 1
  • PRODINRA : 391103

Collections

Citation

Dimitry Wintermantel, Jean Francois Odoux, Vincent Bretagnolle. L’effet de l’agriculture biologique sur les colonies d’abeilles domestiques. 5. Journées de la Recherche Apicole, Feb 2017, Paris, France. 2017. 〈hal-01608229〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

231