La nuit, nouvel objet de sauvegarde face à l'urbanisation des territoires ? Origines et enjeux de la restauration du nocturne

Résumé : "Réserve Internationale de Ciel Etoilé". Ce label, nouveau venu dans la longue liste des moyens de réservation et de protection des "objets de nature", sonne comme un énième moyen de défense d'un objet sectoriel spécifique (le "ciel étoilé" d'une catégorie d'acteurs : les astronomes) bref, un énième moyen - certes institutionnalisé et remis au goût environnemental du jour - de défense d'un pré carré. "Réserve". Le mot est lâché, qui nous renvoie au périmètre, à la délimitation, à la frontière et donc à la protection, voire à la sacralisation. Alors, pour protéger le ciel étoilé, "sauvons la nuit" ? Mais de quoi, et donc de qui cet appel est-il le "non !" ? Face à quel ennemi envahissant la communauté internationale se doit-elle de dresser jusqu'à des frontières de réserves ? La réponse pourra surprendre, voire choquer, et ne laissera personne indifférent tant cet envahisseur occupe légitimement la place, dans les consciences collectives, d'objet de progrès. Car il s'agit bien d'un "ennemi intime", puisqu'utilisé par tous dans les pays industrialisés. Et même plus ! D'un objet dont chacun de nous - et a fortiori nos sociétés - est devenu dépendant : la lumière artificielle. Il aura donc fallu un changement radical dans la perception même de la lumière artificielle, la faisant passer du statut quasi exclusif d'objet de progrès à celui d'un objet pouvant aussi être dommageable. Bien sûr, ce glissement - encore à l'œuvre actuellement - ne s'est pas fait en un jour et, comme souvent en matière d'émergence dans la conscience collective d'un nouvel objet de risques ou de dommages environnementaux, le processus mobilise en amont des mouvements de personnes directement gênées - dans leurs activités et par leur localisation - par cet objet. De la gêne ressentie à la nuisance, puis de la nuisance à la pollution scientifiquement reconnue, la gradation dans l'expression puis dans l'acceptation scientifique et politique (celle-là même qui mène à la mise en place de réserves, de moyens de protection, etc.) du dommage est grande et, surtout, ne va pas de soi. Tout objet de dommage est ainsi construit, et son émergence à replacer dans un contexte historique, social, économique, politique, etc. particulier.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00925263
Contributor : Samuel Challéat <>
Submitted on : Tuesday, January 7, 2014 - 5:48:24 PM
Last modification on : Wednesday, May 23, 2018 - 5:58:07 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-00925263, version 1

Collections

Citation

Samuel Challéat. La nuit, nouvel objet de sauvegarde face à l'urbanisation des territoires ? Origines et enjeux de la restauration du nocturne. Las Cosas de la Noche, Oct 2012, Mexico, Mexique. ⟨hal-00925263⟩

Share

Metrics

Record views

228