Architecture du livre-univers dans la science-fiction, à travers cinq oeuvres : Noô de S. Wul, Dune de F. Herbert, La Compagnie des glaces de G.-J. Arnaud, Helliconia de B. Aldiss, Hypérion de D. Simmons

Résumé : Etude d'une catégorie de romans de science-fiction, qu'on appelle le livre-univers. Cinq oeuvres littéraires servent d'exemples à la théorie, avec une prédilection pour Noô (1977) de Stefan Wul.
LA PREMIERE PARTIE s'efforce de localiser le livre-univers dans le territoire de la science-fiction. Le livre-univers s'inscrit dans la seconde moitié du XXe siècle. Plusieurs indices éditoriaux distinguent un livre-univers d'un space opera classique : par sa taille importante qui le rapproche du "roman-fleuve", par la réception critique qui le célèbre comme un événement littéraire, par son succès auprès du lectorat amateur. Le livre-univers présente un monde structuré, dense et original dans ses composants, dont plusieurs lectures n'épuisent pas l'intérêt. Pour une première définition, on est parti de celle de la romance planétaire (récit dont l'élément de base est une planète, Terre exceptée, et dont l'intrigue tourne autour de la nature de cet élément), en l'élargissant car le livre-univers dispose d'un arrière-plan galactique, souvent de plusieurs planètes. Le livre-univers puise à de nombreuses sources : le space opera et la romance planétaire, les thèmes de l'histoire du futur et de l'empire galactique, la hard science.
LA DEUXIEME PARTIE aborde les structures singulières qui se dessinent sous l'histoire et les thèmes abordés dans le livre-univers. L'approche systémique fournit une analogie entre les caractéristiques d'un système et celles d'un livre-univers. Un système se caractérise par la totalité qu'il forme, la transformation et l'autoréglage. Le livre-univers est un tout autonome, avec des frontières symbolisées par son éloignement dans le temps et dans l'espace du récit, ainsi que son appartenance au merveilleux qui le coupe de la réalité contemporaine. Cette totalité se compose d'éléments signifiants variés, qui interagissent pour former un système-monde. (Des exemples d'interactions sont donnés dans la thèse.) Ainsi, l'analogie systémique définit une véritable écologie du livre-univers. Dans l'optique systémique, le livre-univers en tant que fiction peut sans peine être comparée au jeu, avec lequel il possède beaucoup de points communs : des règles fixées dès le départ, un espace virtuel, un déroulement politique, un goût du grossissement et de la démesure.
LA TROISIEME PARTIE présente à gros traits ses "éléments de construction". En partant des éléments manifestes du récit (les personnages-types, le décor, le bestiaire, l'économie, la politique et la religion), l'on met en évidence un certain nombre d'interactions, tendues vers un effort de cohérence du système-monde, une volonté de "faire monde". Les thèmes classiques de la science-fiction (les machines pensantes, les extraterrestres, la science) servent aussi à nourrir le système-monde, au prix d'une certaine dénaturation, car les thèmes ne sont plus traités pour eux-mêmes.
Dans la QUATRIEME PARTIE, on considère le livre-univers à la fois comme expression artistique du monde et comme interprétation de l'univers. Le livre-univers s'élabore dans le temps. Il résulte d'un long processus de maturation, qui peut passer par un travail préparatoire (notes, cartes...) souvent considérable (Noô). L'étude du style et du langage est éclairante : la dominance de la variété lexicale (registres de langue, néologismes...), le schéma narratologique multilinéaire ou composite, la tendance au baroque concourent à une vision qui privilégie la complexité, en même temps qu'une appréhension multiple de la réalité qui est la marque du roman moderne. Le livre-univers traduit bel et bien une Weltanschauung, même s'il n'a pas la valeur démonstrative du roman total ; celle-ci s'efface derrière le monde fictif qui prétend vivre par lui-même. L'intérêt de la création d'un tel monde, pour le romancier, est esthétique autant (ou même plus dans le cas de Noô ou Hypérion) qu'idéologique. Chaque livre-univers reflète le point de vue sur la réalité de son auteur : Frank Herbert développe une philosophie écologique fondée sur l'adaptation permanente des groupes au milieu extérieur et au milieu intérieur ; Brian Aldiss trahit une tendance au sociobiologisme, également perceptible chez Stefan Wul mais gauchie, chez ce dernier, par une poétisation du monde ; la Terre glaciaire de G.-J. Arnaud résulte d'une perception essentiellement politique.
Le livre-univers n'est ni la représentation exacte d'une réalité, ni un pur symbole, il est un modèle imaginé. Enfin, le livre-univers nourrit et se nourrit de la littérature de science-fiction. Si, comme l'affirme Brian Aldiss, la SF cherche ou propose une définition de l'homme et de son statut dans le cosmos, alors le livre-univers occupe bel et bien une place privilégiée au sein de la science-fiction.
Type de document :
Thèse
Littératures. Université Nice Sophia Antipolis, 1997. Français
Liste complète des métadonnées

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00004119
Contributeur : Laurent Genefort <>
Soumis le : mardi 2 novembre 2004 - 16:36:57
Dernière modification le : samedi 7 janvier 2006 - 18:56:17
Document(s) archivé(s) le : vendredi 2 avril 2010 - 19:56:50

Identifiants

  • HAL Id : tel-00004119, version 1

Collections

Citation

Laurent Genefort. Architecture du livre-univers dans la science-fiction, à travers cinq oeuvres : Noô de S. Wul, Dune de F. Herbert, La Compagnie des glaces de G.-J. Arnaud, Helliconia de B. Aldiss, Hypérion de D. Simmons. Littératures. Université Nice Sophia Antipolis, 1997. Français. 〈tel-00004119〉

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

2093

Téléchargements du document

5918