Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

L’intercompréhension levier du plurilinguisme et de l’internationalisation de l’enseignement supérieur

Résumé : L’affaire des cursus en anglais au Politecnico di Milano rouvre le débat sur la gouvernance linguistique de l’université italienne, alors que le pays semblait se résigner à un bilinguisme italien-anglais (De Mauro, 2014). Tandis qu’en France la résistance linguistique est ancrée dans une vision géopolitique mondiale, la Péninsule découvre avec une certaine stupeur la décision de sa Cour constitutionnelle affirmant la primauté de la langue italienne dans le Supérieur. On aurait cependant tort de penser que l’Italie suivrait ainsi le “modèle français” en matière d’officialité et de protection de la langue nationale. D’une part, l’italien reste catalogué dans les langues MoDiMEs: l’Italie ne peut donc compter sur un panel d’étudiants étrangers munis de compétences suffisantes pour affronter un enseignement exclusivement en italien, tandis que les critères d’évaluation internationaux exercent une forte pression pour augmenter quantitativement le recrutement étranger. D’autre part, on reconnaît aisément que l’arsenal juridique français n’empêche pas la croissance des cursus en anglais. Il faut donc trouver de part et d’autre des Alpes, des voies de pluralisme plus ouvertes que le « tout en langue nationale ». C’est dans ce cadre que nous plaiderons pour une inclusion plus déterminante des pratiques de l’intercompréhension (IC) dans la gouvernance universitaire. Cette approche est en train de s’institutionnaliser au fil des projets européens : projet MIRIADI (plateforme d’apprentissage en interaction et référentiel de compétences), projet EVALIC (protocoles d’évaluation des compétences en IC). Ces outils pourraient permettre de prendre sérieusement en considération le plurilinguisme dans la gouvernance linguistique universitaire: réception des textes et discours dans plusieurs langues, alternance codique en classe, régime multilingue pour la rédaction des travaux et éducation des personnels à l’interaction plurilingue. Il s’agit en effet moins d’imposer une langue nationale que de créer un bassin suffisamment large de récepteurs pour les pratiques plurilingues permettant à chacun de penser dans sa langue (OEP, 2016). L’université Lyon 2 semblerait s’engager sur cette voie.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadata

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02873184
Contributor : Sandra Garbarino Benazzo Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Thursday, June 18, 2020 - 10:31:16 AM
Last modification on : Tuesday, December 7, 2021 - 2:44:06 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02873184, version 1

Collections

Citation

Sandra Garbarino, Mathilde Anquetil. L’intercompréhension levier du plurilinguisme et de l’internationalisation de l’enseignement supérieur. GLUEES. Pour une gouvernance linguistique des universités et des établissements d’enseignement supérieur, Nov 2018, Paris, France. ⟨hal-02873184⟩

Share

Metrics

Record views

29