Certification environnementale de parcs d'activités : le marketing territorial au service du développement durable

Résumé : L’objet de cette recherche a été d’interroger l’apparition des démarches environnementales dans l’aménagement et la gestion de parcs d’activités. Renvoyant à un mouvement de fond d’éclosion de labels environnementaux de plus en plus nombreux, ces démarches se sont notamment cristallisées sur la transposition de la norme ISO 14001, avec 17 parcs d’activités certifiés en France à la date de 2007, niveau inégalé au regard des pratiques observées dans d’autres pays européens. Le questionnement principal a été de déterminer si ce mouvement de fond résultait de stratégies de marketing territorial ou s’il renvoyait à d’autres facteurs explicatifs, tels que la diffusion des principes du développement durable. Une interrogation subsidiaire a alors été de se demander si, en tant que pratique de management environnemental d’une part et de développement économique d’autre part, la certification ISO 14001 de parcs d’activités ne conduisait pas à dénaturer le développement durable, voire à l’instrumentaliser, ou a contrario à le renouveler grâce à des pratiques d’hybridation. Sur le plan de la méthode, le travail d’analyse a consisté à recenser dans un premier temps l’ensemble des parcs d’activités certifiés ISO 14001, à reconstituer leur démarche de certification, et à étudier, dans une approche comparative, les différents systèmes de management environnemental certifiés. Un examen attentif de la géographie des parcs certifiés révèle quant à lui que ceux-ci sont principalement situés dans des régions industrielles, en marge des grands pôles économiques urbains, renvoyant à une démarche de régions périphériques ou intermédiaires (espaces en difficulté industrielle, marges urbaines, espaces à dominante rurale). A plus grande échelle, se dessinent également des grappes de parcs qui renvoient soit à des logiques territoriales (accompagnement des démarches environnementales par la Région Nord-Pas-De-Calais), soit à des logiques de réseau ou de proximité, autour de partages locaux d’expertise qui facilitent la diffusion(Franche-Comté). L’analyse fine de chacune des trajectoires ayant conduit à la certification permet de révéler les grands déterminants de la certification qui, localement, ont pu se combiner : l’existence de contraintes environnementales fortes ; l’expression d’un rejet de l’aménagement d’un parc d’activités par la société locale, la certification ayant permis d’entamer un dialogue et de garantir une qualité d’aménagement attendue par les populations riveraines ; la volonté de créer une identité territoriale forte en se différenciant d’autres parcs d’activités ; l’existence d’incitations externes que celles-ci découlent de la demande des entreprises implantées, des collectivités territoriales au sein desquelles s’inscrivent les projets (agendas 21 locaux) ou d’appels à projets (ADEME). Dans cet ensemble, les enjeux de marketing territorial n’apparaissent pas prépondérants. L’examen détaillé du contenu de la certification révèle un grand relativisme, propre à la norme ISO. En tant qu’action de développement assortie d’une volonté de protéger l’environnement, l’approche développée reste sectorielle (eau, air, sols, déchets), non systémique et de type end of pipe avec un focus mis sur la gestion des impacts. L’approche intégrée est quant à elle assez peu développée. L’approche linéaire ou séquentielle de l’aménagement comme de la gestion tend malgré tout à être dépassée, quelques parcs d’activités commençant à raisonner soit en termes d’écologie industrielle (Plaine de l’Ain), soit en termes d’économie circulaire (anticipation du recyclage de certains bâtiments comme à Savoie Technolac). L’intérêt principal de ces démarches semble donc principalement résider dans l’hybridation qu’elles proposent entre enjeu de développement économique, management environnemental, marketing territorial avec, comme résultat, la territorialisation d’un objet particulier, la zone d’activité, habituellement assez mal intégrée dans les tissus urbains existants.
Complete list of metadatas

Cited literature [8 references]  Display  Hide  Download

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02265702
Contributor : Philippe Thiard <>
Submitted on : Sunday, August 11, 2019 - 10:41:46 PM
Last modification on : Tuesday, August 13, 2019 - 1:12:26 AM

File

Thiard apres devdur 2008.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02265702, version 1

Collections

Citation

Philippe Thiard. Certification environnementale de parcs d'activités : le marketing territorial au service du développement durable. Jean-Paul Amat; Antoine Da Lage; Anne-Marie Frérot; Sylvie Guichard-Anguis; Bertrand Julien-Laferrière; Stanislas-Piotr Wicherek. L'après-développement durable : espaces, nature, culture et qualité, Ellipses, pp.233-241, 2008, 9782729838652. ⟨https://www.editions-ellipses.fr/laprs-dveloppement-durable-espaces-nature-culture-qualit-p-6420.html⟩. ⟨hal-02265702⟩

Share

Metrics

Record views

8

Files downloads

3