Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Les emplois en « c'est » dans le corpus Philosophèmes : définition ou exemplification ?

Résumé : 1Introduction Depuis 10 ans, une collaboration scientifique pluridisciplinaire grandit autour d’un corpus de discussions à visée philosophique (Auriac-Slusarczyk, E. & Blasco-Dulbecco, M. 2013 ; voir http://philosophemes. univ-bpclermont.fr/). Ce corpus fait désormais l’objet de présentation récurrente dans divers colloques, à visée de recherche fondamentale en sciences du langage (Blasco & Auriac-Slusarczyk, 2016) ou à visée éducative (Auriac-Slusarczyk & Slusarczyk, 2015). 1.1Le Corpus Philosophèmes : présentation Le contexte, le contenu : Les ateliers philosophiques se pratiquent depuis une trentaine d’années dans plusieurs pays. Le philosophe Matthew Lipman (1995) a transposé l’investigation de type philosophique depuis l’enseignement supérieur jusqu’aux classes des écoles maternelles en faisant réfléchir des élèves dans des communautés de recherche à visée philosophique. (Auriac-Slusarczyk & Blasco-Dulbecco, 2013 ; Auriac-Slusarczyk & Coletta, 2015 ; Simon & Tozzi, à paraître 2017). Les enseignants qui ont participé au recueil des données ont appliqué les principes de cet ajustement. Le corpus philosophèmes, 30 discussions d’environ 40 minutes, est constitué de paroles d’élèves, enfants (de 6 à 12 ans) et adolescents (de 14 à 18 ans) enregistrées au sein de ces ateliers philosophiques lors de discussions tenues en classe à l’école primaire et au collège entre 2010 et 2013 et transcrites selon des conventions qui respectent totalement la langue dans ce qu’elle produit en spontané. Ces données verbales et co-verbales forment un corpus qui a pour caractéristiques d’être transversal et longitudinal. Corpus oral (transcrit soigneusement via les vidéos) multimodal (gestuelle accessible), il est stocké pour une visée d’étude interactionniste de la langue (http://philosophemes.univ-bpclermont.fr/). Les données sont fiables, non corrigées, non falsifiées. Le travail de constitution de ce corpus et son analyse a bénéficié de soutiens financiers dans le cadre de 5 projets ou opérations de recherche successifs (Daniel, 2009 ; Specogna et Halté, 2009 ; Auriac-Slusarczyk & Blasco-Dulbecco, 2010 ; Auriac-Slusarczyk & Lebas-Fraczak, 2011 ; Specogna & Saint-Dizier de Almeida, 2012). Destiné au partage scientifique, ce corpus a donné matière à des travaux nombreux et variés dans des champs disciplinaires différents (voir Auriac-Slusarczyk & Colletta, 2015). L’impact positif de la pratique de la philosophie au jeune âge sur le raisonnement et les modalités verbales de mise en œuvre de la réflexivité peuvent être étudiées. Le corpus s’est récemment agrandi en accueillant les données issues du travail doctoral de Philippe Roiné (Roiné, 2016), qui concerne exclusivement le niveau d’élèves de CM1 /CM2. Les élèves dont les paroles en ateliers ont été transcrites selon les normes du corpus Philosophèmes est orienté sur l’activité définitionnelle. Il comporte des emplois en « c’est » dont le fonctionnement valide ou non les emplois observés dans l’ensemble du corpus Philosophèmes. 1.2Le corpus Philosophèmes : orientation vers une exploration écologique Notre approche est écologique, au double regard de la spécificité des données et de l’objet d’investigation linguistique déterminé a posteriori. Pertinence des données. : Le corpus Philosophèmes aborde l’usage de la langue spontanée dans un contexte scolaire sur des sujets sensibles : les dialogues engagent les élèves sur des sujets principalement éthiques : l’amour, la mort, le mensonge, le partage, l’argent, la sécurité, les origines, l’obéissance, le courage, l’amitié. C’est un corpus nouveau sur la langue orale qui permet de disposer de paroles véritables d’élèves et d’enseignants du primaire au collège pour renouveler le regard porté sur l’activité réflexive, répertorier et illustrer la dynamique des raisonnements et les emplois verbaux associés chez les élèves. Dans les ateliers philosophiques deux facultés humaines et fondamentales sont mobilisées en même temps : celle de parler et celle de penser individuellement et collectivement, dans un même espace, sur un même sujet (les choses de la vie), entre élèves et avec l’enseignant. L’échange collectif crée alors la nécessité régulière de définir ce dont il est question : mots, idées, concepts. Exploration linguistique : dans l’espace de paroles sensées, les dires et les raisonnements « aboutissent ou non, s’entrechoquent, s’entremêlent, s’agrègent, dans une dynamique positive » (Auriac-Slusarczyk, Fiema et alii, 2013). La parole favorisée retranscrite admet une épaisseur intéressante. L’intérêt est de rapprocher ce qui relève de la langue, de la parole, du raisonnement, de la pensée. On peut pratiquer des fouilles a apriori ou bien dérouler des études hiérarchiques et fonctionnelles pour détecter le tour particulier de certaines formes morphosyntaxiques : il y a, c’est, etc. On a fait l’hypothèse que les élèves orientés sur des conduites de raisonnement (avec activation d’une pensée) individuelles et collectives produisent des faits de langue particuliers en partie exploités (Blasco-Dulbecco & Auriac-Slusarczyk, 2016). 2Le travail engagé L’étude que nous présentons a consisté à observer les faits de langue pour comprendre la concomitance entre le dire et le penser, pour conduire une double étude syntaxique et pragmatique. Nous avons investi une étude linguistique instrumentée (Antconc), puis appliqué aux épisodes remarquables une grille d’étude syntaxique, enfin interprété à partir de cette fouille et de ces grilles, une étude pragmatique des usages en « c’est », et en « c’est pas ». Nous avons procédé à plusieurs strates de fouilles successives pour dégager les premières tendances. Nous avons traité le corpus en deux phases : avant et après extension aux cinq discussions du corpus Roiné. 2.1Ce que le logiciel ne peut pas voir… : apport de la mise en grille La mise en grille syntaxique visualise spatialement le discours oral rendant compte des modes de déploiement syntagmatique et paradigmatique du discours. La présentation en grille rompt avec la linéarité telle qu’elle apparaît dans les transcriptions « textuelles » habituelles en ajoutant une dimension verticale. Elle montre davantage les régularités et les variations qui structurent l’élaboration du discours (Blasco 2016). Elle dégage une visualisation experte sur laquelle l’interprétation pragmatique prend appui ; cette dernière valide ou transforme l’analyse syntaxique proposée. La mise en grille d’épisodes met en valeur la nature fortement interactive des discussions, en retraçant les relations syntaxiques, morphosyntaxiques, lexicales et sémantiques entre les propos de différents élèves. Les points abordés concernent les structures syntaxiques de type le N c’est et c’est un N; (exemples 1 & 2, ci-dessous) 1)ben pour moi l’amour c’est un sentiment qui se passe dans la tête et que l’on ne contrôle pas et que l’on a envers quelqu’un ou quelque chose euh plein de choses (Amour TP 78) 2)la jalousie justement en général c’est (…) en vrai c’est pas de l’amour (Amour TP 351) 2.2Étude pragmatique et interlocutoire des propos Étayée par l’analyse instrumentée puis par la présentation en grille de divers épisodes caractérisant des emplois contrastés de « c’est », l’interprétation pragmatique complète la description syntaxique en intégrant un empan plus large que les co-occurrences directes. On met en exergue la valeur définitionnelle ou illustratrice des emplois en « c’est » en mettant en relation l’amont et l’aval du discours au sein d’évènements interlocutoires (Trognon, 1995, 1999) reprenant tout ou partie des épisodes fléchés par l’analyse syntaxique ; parfois, on étend l’épisode syntaxique en repérant une cohérence avec des tours de paroles précédent ou suivant. La portée, la valence définitionnelle ou illustrative des emplois en « c’est » sont ainsi davantage situées dans la dynamique générale de la discussion ; la comparaison d’emplois plus ou moins caractéristiques (par confirmation/infirmation avec le corpus Roiné) dégage une manière de définir, pour partie, le genre philosophique à partir de ce corpus spécifique. 3Résultats Plusieurs perspectives sont présentées : les tendances distributionnelles, cooccurrences morpho-syntaxiques, les spécificités lexicales et grammaticales, et premières concordances seront brossées. Ensuite on vérifie en quoi « c’est » est mis au service de la construction du texte dans l’espace de construction de la pensée. On montre en quoi la grammaire de la langue répond à des tendances situées non attendues qui participent à la construction inédite de raisonnements tout aussi inédits. Ensuite, les séquences définitionnelles ou exemplificatoires, celles qui comportent « c’est », sont détaillées. 3.1Exploration instrumentée du corpus Auriac-Slusarczyk 2009/2013 Nous dépassons les conditions des études de discussions scolaires préliminaires conduites (Blasco-Dulbecco & Auriac, 2010) limités à des comparaisons en pourcentage. Nous décrirons à partir de l’exploration automatisée avec Antconc, l’usage de la grammaire pour révéler en quoi elle articule parole et pensée de manière originale. L’ensemble de faits observés qui ressort est décrit : 1 au plan syntaxique : cinq grilles syntaxiques sont exploitées pour illustrer, ce sont celles qui différencient les procédés grammaticaux ; 2. les faits sont réinterprétés au plan pragmatique : reprise des grilles syntaxiques (notamment n°3, 4 et 5) pour étudier le déploiement interlocutoire particulier à l’éclairage des faits syntaxiques. On distingue à cette étape les emplois définitionnels et exemplificatoires qui ne jouent pas le même rôle dans le déploiement interlocutoire des raisonnements produits. 3.2Fouille complémentaire croisée dans le Corpus Roiné 2012/2016 Après mise en exergue des ces emplois situés extraits, répertoriés, et doublement interprétés, une fouille complémentaire dans le corpus Roiné oriente vers la validation ou l’extension des formes d’emploi en « c’est » (définitionnelles ou exemplificatoires). Nous recensons l’ensemble des occurrences du corpus Roiné en « c’est », de manière automatisée (Antconc), puis sélectionnons très vite les occurrences qui valident ou étendent les emplois déjà considérés et décrits au plan syntaxique, puis commentons les grilles les plus illustratives correspondant à la définition du genre. 4Discussion L’extraction de phénomènes morpho-syntaxiques remarquables et l’analyse pragmatique menées prouvent en quoi les ateliers de philosophie présentent des espaces inédits expliquant les modalités particulières d’inscription de l’activité de pensée dans les structures morphologiques de la langue, et vice-versa. On discute ces aspects comparativement, d’une part, en regard des usages plus anciens de « c’est » et, d’autre part, au regard de l’intérêt que ces usages contemporains de « c’est » en ateliers de philosophie apportent face aux usages collectés dans d’autres corpus (conversations adolescentes, interview d’adultes, etc.)
Document type :
Conference papers
Complete list of metadata

Cited literature [51 references]  Display  Hide  Download

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01920304
Contributor : Emmanuèle Auriac-Slusarczyk Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, November 13, 2018 - 10:35:28 AM
Last modification on : Friday, April 2, 2021 - 10:58:02 AM
Long-term archiving on: : Thursday, February 14, 2019 - 1:40:41 PM

Files

JLC 2017 Auriac Blasco Roiné...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01920304, version 1

Collections

Citation

Emmanuèle Auriac-Slusarczyk, Mylène Blasco, Philippe Roiné. Les emplois en « c'est » dans le corpus Philosophèmes : définition ou exemplification ?. Journées de la Linguistique de Corpus JLC, 2017, Grenoble, France. ⟨hal-01920304⟩

Share

Metrics

Record views

89

Files downloads

44