« Bourget et l'idée de révolution littéraire »

Résumé : La littérature est de la politique continuée par d’autres moyens ; le Romantisme, cette révolution littéraire, prolonge dans les esprits l’oeuvre politique de la révolution de 1789 et de l’Empire. Telle est du moins la conviction de Bourget ; cette thèse fait la force de son oeuvre ; elle unit son versant critique à son versant romanesque. Je m’en tiendrai, pour le montrer, à un exemple frappant : dans les Essais de psychologie contemporaine, le chapitre sur Flaubert (écrit en 1882), et qui est l’un des joyaux du recueil, contient une analyse pénétrante de la révolution romantique ; or cette analyse éclaire Le Disciple, le roman le plus célèbre de Bourget, paru sept ans plus tard, en 1889. En 1882, Bourget ne pense pas encore que son oeuvre soit l’antidote de ce qu’il estime être le poison révolutionnaire ; mais tous les arguments sont là, qui ne demandent qu’un subtil infléchissement pour servir la thèse « réactionnaire ». « Thèse » : le mot est lancé qui discrédite durablement l’oeuvre de Bourget ; l’intérêt des universitaires, dont témoigne un récent colloque1, n’y fait rien. On ne lit guère Bourget. On ne pardonne pas à l’écrivain de ne faire qu’un avec ses idées ; on juge celles-ci détestables. Bourget est-il condamné à n’être qu’un objet historique ? Un paradoxe critique bien établi pourrait le sauver : il suffirait de montrer qu’à l’instar des plus grands – Balzac ou Proust – Bourget n’écrit pas l’oeuvre qu’il croit ; que l’écriture déborde la théorie dont elle se réclame. On réintroduirait l’incohérence, la complexité de la vie, dans cette oeuvre de doctrine. Je propose de suivre une autre voie : l’intérêt de l’oeuvre Bourget tient à ce qu’elle s’assume comme oeuvre de pensée. Elle recherche l’infaillibilité du système. Peu importe qu’elle y parvienne ou qu’elle échoue, et peu importe sa valeur de vérité ; l’ambition intellectuelle de Bourget gagne à être considérée comme l’expression d’un imaginaire. On peut montrer alors comment cette oeuvre sait susciter de nouvelles questions au coeur des problèmes qu’elle prétend résoudre. En cela, elle relève d’une dynamique qui est celle des arts de la pensée.
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01675054
Contributor : Stephane Chaudier <>
Submitted on : Thursday, January 4, 2018 - 1:50:34 AM
Last modification on : Tuesday, July 3, 2018 - 11:35:11 AM
Long-term archiving on : Thursday, April 5, 2018 - 12:38:44 PM

File

Bourget, Hal complet.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01675054, version 1

Collections

Citation

Stéphane Chaudier. « Bourget et l'idée de révolution littéraire ». A Spiquel et Jeanyves Guérin. Les Révolutions littéraires aux XIXe et XXe siècles, Presses Universitaire de Valenciennes, p 117-128, 2006. ⟨hal-01675054⟩

Share

Metrics

Record views

25

Files downloads

55