Aux origines européennes de la Convention de 1972 : l'héritage des travaux de l'OIM et de l'IICI dans la conception d'une protection internationale du patrimoine

Résumé : La Convention de 1972 sur le patrimoine mondial entra en vigueur en 1975 lorsque vingt pays l’eurent ratifiée. A la 19e session de la Conférence générale en 1976, le Comité du patrimoine mondial et un Fonds du patrimoine mondial furent mis en place, conformément à la Convention. Lors du 60e anniversaire de l’UNESCO, certains participants du symposium invitaient à remettre en perspective l’histoire de l’UNESCO au-delà du seul XXe siècle, pour l’inclure dans une histoire des mouvements pacifistes et chercher ses racines intellectuelles depuis le XIXe siècle, tout en soulignant « les chemins qui n’avaient pas été suivis ». A l’heure des 40 ans de la convention UNESCO sur le patrimoine mondial, il est également intéressant de la replacer dans une perspective de long terme mettant en valeur les travaux anticipateurs de la Société des Nations, mais aussi plus largement l’héritage intellectuel européen en la matière qui l’imprègne encore largement. A la suite de S. Titchen et de ses travaux sur l’élaboration de la Convention du patrimoine mondial de 1972, il est aisé de faire le lien entre l’héritage intellectuel européen, l’œuvre de l’IICI et de l’OIM auprès de la Société des Nations et la promotion de l’idée d’un patrimoine commun de l’humanité digne d’être conservé grâce à la coopération internationale. Loin de partir de rien, plusieurs décennies de réflexion autour de la notion du patrimoine mondial et la construction de la valeur universelle exceptionnelle, autour des outils de collaboration internationale pour la protection du patrimoine se sont agrégées grâce aux travaux de l’IICI et de l’OIM dans les années 1930. Or, dans un contexte d’hégémonie occidentale lors de la constitution de l’UNESCO au sortir de la 2nde Guerre mondiale, les conceptions de l’Occident furent prolongées y compris dans le domaine du patrimoine et maintinrent dans l’ombre l’action ou la conception patrimoniale des autres pays. De la sorte, parmi les caractéristiques de la convention de 1972, la prédilection pour le patrimoine matériel en particulier monumental, l’insistance sur les risques de destruction liée au développement économique (et incidemment aux conflits armés) et la nécessité d’une conservation matérielle des biens ont leur fondement dans les projets de convention des années 30. Ces objectifs sont plus que tout autre le reflet de l’histoire patrimoniale européenne qui valorise les monuments comme signes identitaires forts de l’identité nationale depuis le XIXe siècle. Qui plus est, l’élévation à l’échelon international de l’enjeu de protection du patrimoine complète l’amorce d’une protection internationale de ces biens en cas de conflit armé initiée depuis la première convention de La Haye de 1899. Dans le même temps, la prise en compte du patrimoine naturel sur un mode anthropocentrique des « beautés de la nature » prolonge également la tradition européenne plus qu’américaine. (I). Or, tous les projets et travaux de l’OIM et l’IICI constituent le cadre initial de définition de la protection du patrimoine culturel sur le plan international. Cet « euro-centrage » initial sera complété en 1972 mais pas véritablement re conceptualisé. Outre la filiation institutionnelle et administrative naturelle bien que tourmentée entre l’OCI et l’UNESCO, la continuité d’esprit est marquante jusqu’en 1972. L’idée de « patrimoine commun » des années 1930 valorisée par le droit public international même en dehors du champ culturel est prolongée par le « patrimoine mondial », l’ensemble des instruments juridiques internationaux sur le patrimoine antérieurs à 1972 reprennent les initiatives de l’OCI et la logique intrinsèque de ces prescriptions reproduit la vision occidentale du patrimoine pour longtemps (II).
Complete list of metadatas

Cited literature [3 references]  Display  Hide  Download

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01453494
Contributor : Philippe Tanchoux <>
Submitted on : Thursday, February 16, 2017 - 4:29:37 PM
Last modification on : Monday, July 1, 2019 - 2:10:03 PM
Long-term archiving on: Wednesday, May 17, 2017 - 12:18:07 PM

Files

10-TANCHOUX-1.pdf
Explicit agreement for this submission

Identifiers

  • HAL Id : hal-01453494, version 1

Collections

Citation

Philippe Tanchoux. Aux origines européennes de la Convention de 1972 : l'héritage des travaux de l'OIM et de l'IICI dans la conception d'une protection internationale du patrimoine. Patrimonium : 2ème conférence internationale, Université de Clermont-Ferrand et université de Remnin Chine, Sep 2012, Clermont-Ferrand, France. pp.141-163. ⟨hal-01453494⟩

Share

Metrics

Record views

117

Files downloads

566