De la médiation scientifique aux sciences dans la société, 30 ans d'ambiguïtés de l'action culturelle scientifique

Résumé : Introduite voici une trentaine d'années, la terminologie de la « médiation scientifique » voulait donner une vision plus transversale des fonctions d'appropriation de thématiques et de savoirs scientifiques ou technologiques que les désignations de vulgarisation, de popularisation, d'action culturelle ou d'animation, en réponse aux nombreux discours d'experts et de politiques déplorant une « désaffection des sciences ». Elle s'est déployée ces dernières décennies en parallèle avec la formulation plus passive de « Culture scientifique, technique et industrielle » (CSTI), issue elle d'un raccourci à contre sens de la profession de foi de « mettre les sciences en culture ». Moins statique, la sémantique de la « médiation » sous-entend le projet de gérer et réduire deux fossés, différents selon les auteurs, mais tous deux obstacles au « partage des savoirs », l'un lié à la fracture épistémologique de Bachelard, et l'autre à une défiance inspirée par la construction de l'édifice des « technosciences » triomphantes, sacralisant le progrès à tout crin. Loin d'être incompatibles, ces deux approches semblent complémentaires, avec d'un côté une médiation « didactique » qui développe l'apprentissage et l'appropriation de savoirs et de l'autre une médiation « idéologique » qui s'intéresse aux valeurs et au dialogue entre opinions profanes et intérêts des maitrises d'ouvrages technoscientifiques. C'est ce second fossé qui a conduit à introduire depuis une quinzaine d'années une nouvelle terminologie plus explicite de « science en société » en passe aujourd'hui de se généraliser dès lors que l'on parle de développer les rapports aux sciences et aux technologies adultes. On aurait pu penser que le développement de ces formes de médiations complémentaires allait enrayer la répétition des discours de déploration de la désaffection des sciences. Il n'en a rien été et, au contraire, ceux-ci continuent de se répéter systématiquement, comme en témoigne par exemple la publication en 2014 de deux nouveaux rapports sur ce thème, l'un de l'OPECST et l'autre du Haut Conseil de la science et de la technologie. Nous avons démontré que c'est non seulement en raison de leurs propres ambiguïtés mais aussi à cause des effets secondaires de l'organisation des filières scolaires que de tels discours se répètent malgré toutes ces actions de médiations et leurs indéniables développements. Imaginant naïvement des actions capables d'améliorer la détection des vocations d'une future élite de scientifiques tout en assurant la sensibilisation de tous, ces discours oublient que pendant le même temps, le système d'enseignement secondaire catégorise systématiquement les classes d'âge en ¼ de scientifiques d'un côté (Bac S) et ¾ de non-scientifiques de l'autre. Aux obstacles cognitifs individuels, le lycée ajoute ainsi pour les trois quarts d'élèves écartés scolairement des sciences un obstacle " conatif " qui entraînera une résignation apprise, voire une auto-prophétie de ne plus être capable de s'y intéresser plus tard. En conséquence, le champ des actions de médiation scientifique peut s'analyser en deux groupes. Les actions du premier groupe organisent le dialogue entre des « scientifiques au sens scolaire » et les « profanes », et donc ne remet en rien en cause la fabrication de ce clivage mais parachève son institutionnalisation. Le second groupe favorise a contrario l'appropriation de savoirs et de méthodes dans le but de permettre à certains de franchir a posteriori cette catégorisation et de dépasser ainsi la sanction d'incompétence scolaire. Or, au-delà de ces deux conceptions, ne faudrait-il pas avant tout dénoncer la fabrication et le maintien de ce clivage et ses conséquences ? Cela reviendrait à affirmer que le caractère « scientifique » ne doit pas être monopolisé pour en faire une catégorie scolaire, mais plutôt reconnu et défendu comme une composante de toutes les qualifications professionnelles et une clef d'analyse utile à toutes et tous. Dans cette logique, le premier but de la médiation n'est plus être d'aider les personnes à se situer comme scientifique ou non scientifique, mais de permettre à chacun à son niveau d'adopter quand il le souhaite une perspective scientifique sur les problèmes qui le préoccupent ou l'intéressent. Mots clefs : médiation scientifique, culture scientifique, catégorisation scientifique scolaire, action culturelle 1 Précaution oratoire : compte tenu du sujet et de mon passé de praticien du champ, j'ai adopté pour ce texte plus une posture de retour d'expériences impliquées que celle d'un chercheur s'appuyant sur une revue scientifique de la littérature
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Fanny Serain, François Vaysse, Patrice Chazottes et Elizabeth Caillet. La médiation culturelle : cinquième roue du carrosse, L'Harmattan, pp.177-187, 2016, 978-2-343-07814-4. 〈http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=49780〉
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [18 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01381893
Contributeur : Olivier Las Vergnas <>
Soumis le : vendredi 14 octobre 2016 - 19:33:21
Dernière modification le : mercredi 28 novembre 2018 - 14:08:03

Fichier

Médiation 2015-OLV-VPF-V3 (1)...
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01381893, version 1

Collections

Citation

Olivier Las Vergnas. De la médiation scientifique aux sciences dans la société, 30 ans d'ambiguïtés de l'action culturelle scientifique. Fanny Serain, François Vaysse, Patrice Chazottes et Elizabeth Caillet. La médiation culturelle : cinquième roue du carrosse, L'Harmattan, pp.177-187, 2016, 978-2-343-07814-4. 〈http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=49780〉. 〈hal-01381893〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

295

Téléchargements de fichiers

517