Se nourrir ou manger à l'hôpital ? :

Abstract : Comme le rappelle et le souligne Catherine Tourette-Turgis : « la maladie s’impose aux malades et les place dans une réalité nouvelle organisée selon les règles et les procédures conçues par des interlocuteurs qu’ils n’ont pas choisis. » (2015 : 91). Bien que le repas soit un moment « en tension » et qu’il n’est pas toujours au cœur du dispositif de soin, on voit poindre aujourd’hui des volontés politiques à promouvoir le repas à l’hôpital et à faire du repas un enjeu dans la prise en charge du patient. Néanmoins, le contexte médical, les contraintes organisationnelles font que le repas perd progressivement ses dimensions identitaire et commensale au profit des dimensions médicale et nutritionnelle. Ceci renforce l’effet de rupture dans la vie de l’individu qui devient alors patient dans une institution dans laquelle les routines, les socialités et les rituels ne sont plus les mêmes. Dans cette perspective, pour considérer le repas en établissement de santé il est essentiel de dépasser les simples prérogatives physiologiques et d’adopter une perspective plus holistique. Ceci permet de reconsidérer le repas et de redonner du sens au service du repas à l’hôpital et à l’accompagnement du patient lors de son séjour. Dans cette perspective, une meilleure compréhension de l’impact des facteurs sociaux et environnementaux tels que la qualité de service et d’interaction sur la prise alimentaire permettrait de valoriser les actions locales mises en œuvre et de développer à plus grande échelle de nouvelles approches interventionnelles pluridisciplinaires pour améliorer à la fois le bien-être perçu des patients vis-à-vis de leur alimentation et leur statut nutritionnel. Il s’agit alors de fournir un éclairage complet sur le traitement du repas en établissement de santé en traitant notamment les différentes dimensions du repas (sociale, environnementale) pour dépasser la posture médicalisante et physiologique qui s’avère être trop réductrice. C’est en encourageant et en développant cette posture holistique que le repas pourra être partie intégrante du dispositif de soin et de la prise en charge des patients, qu’il ne s’agira plus seulement de nourrir le patient mais de lui donner à manger au sens où l’entendait Claude Fischler pour qui manger c’est « incorporer non seulement de la substance nutritive mais aussi de la substance imaginaire, un tissus d’évocations, de connotations et de significations » (1990 : 15). Cet ouvrage a alors pour volonté de proposer une lecture et une analyse globale du repas à l’hôpital et de le décentrer des problématiques seulement physiologiques. Bibliographie
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01336120
Contributor : Clémentine Hugol-Gential <>
Submitted on : Wednesday, June 22, 2016 - 4:14:05 PM
Last modification on : Friday, June 8, 2018 - 2:50:24 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01336120, version 1

Collections

Citation

Clémentine Hugol-Gential, Delphine Poquet. Se nourrir ou manger à l'hôpital ? : . Journée d'études, Le repas en établissement de santé et en EHPAD, Jun 2016, Dijon France. ⟨hal-01336120⟩

Share

Metrics

Record views

263