Carnets de bord

Résumé : VIVRE ne suffit pas pour le savoir. Écrire non plus. Et marcher ? La marche est dans le chemin, premier mot initiant la perspective de notre revue ; la constitution du savoir exprime l’objectif de formation, deuxième mot de son titre ; ensuite le temps qui passe est relié à un fil, celui que tisse l’écriture qui en témoigne par la trace qu’elle dépose au présent de son geste. Ainsi s’élabore le projet de Chemins de formation au fil du temps… Nous avons, au cours des derniers numéros, vu Lucy notre ultime ancêtre apparaître, se redresser, puis se laisser surprendre par l’empreinte de ses pieds sur le sol sensible, alors déposer celle de ses mains sur les parois de la caverne l’abritant, un temps, du temps. Répondant à l’appel du nôtre son regard, émerveillé autant que craintif et à l’affût, nous a transmis la vigilance nécessaire pour développer un point de vue lucide sur un monde incertain. La marche hésitante de Lucy l’improbable a écrit son passage et formé l’espace de sa vie. Ce que nous en relayons s’appuie sur les reliefs de ce très lent et progressif apprentissage. L’écriture était en chemin et, avec elle, l’intelligence de vie qui nous fait Hommes. Lors de cette aventure-découverte, nous avons très tôt compris – comme le dit Pascal Dibié de Jacques Meunier, qualifié au passage d’« ethnologue défroqué » – , « que l’existence du monde ne procède que du récit et [nous avons] saisi que le voyage naît de l’encre et s’y achève » . Ainsi avons-nous conjoint la fonction du récit développé par l’écriture tant en voyage qu’en formation, alliant métaphoriquement par ce faire scriptural les deux entreprises : la formation comme un voyage, le voyage comme formation, l’écriture servant, sinon donnant naissance, aux deux. En effet, si l’on peut avancer, comme Bernard Germain Lacombe, que « c’est le récit qui fait le voyage » , la même formule, remarquons-le, peut tout autant s’appliquer à la formation . De plus, concernant cette alliance, certains avancent que les voyages forment, éduquent : à tout le moins ils offrent une impulsion, invitent à réaborder autrement – confrontant à l’étrange autant qu’à l’étranger –, notre représentation du monde autant que de nous-même. Nos perceptions y découvrent en effet d’autres perspectives, d’autres normes culturelles, qui ne peuvent laisser tout à fait indifférent.
Type de document :
Direction d'ouvrage, Proceedings, Dossier
France. 2004, ISBN 2-84273-422-X
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [11 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01245407
Contributeur : François Texier <>
Soumis le : mardi 5 janvier 2016 - 09:59:08
Dernière modification le : mercredi 27 juin 2018 - 16:10:01
Document(s) archivé(s) le : jeudi 7 avril 2016 - 15:31:30

Fichier

Chemins de formation7.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01245407, version 1

Collections

Citation

Martine Lani-Bayle. Carnets de bord. France. 2004, ISBN 2-84273-422-X. 〈hal-01245407〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

132

Téléchargements de fichiers

94