Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

« Je ne sçay que Je suis » : la métamorphose comme métaphore du monde intérieur de la Renaissance au XVIIe siècle

Résumé : Ce texte examine le recours aux mythes de métamorphose pour dire le sentiment de transformation intérieure dans la poésie dite baroque. Parce que les Métamorphoses d'Ovide, à la Renaissance, sont immédiatement transposées sur le plan moral suivant des habitudes de lecture symbolique ; parce qu’il y a décrochage entre l’homme et le monde, et que l’idée que l’homme est un petit monde devient problématique – il ne peut plus l’être que par métaphore ; enfin parce que le doute quant à l’harmonie entre macrocosme et microcosme, qui sape ces deux notions, remet en cause le pouvoir référentiel du langage, la métamorphose, d’image du monde, devient la nécessaire médiation de soi à soi. Elle dresse une scène intérieure, avec son merveilleux, sa dynamique, son personnel, qui transforme en matériau spectaculaire, offert à la vue, les mouvements secrets du cœur. Schème explicatif et instrument d’introspection, le phénomène de la métamorphose semble désormais spectaculaire par nature et non seulement par commodité esthétique. La métamorphose est du côté des monstres et de la montre, pour la montre. Elle révèle le fantastique, l’hybride, le monstrueux qui peuple une intériorité pensée comme un espace. C’est pourquoi, sans doute, la mythologie a trouvé à se déployer sur le théâtre dans la seconde moitié du 17e siècle : le théâtre à machine d’abord, la scène lyrique ensuite, exposent les fastes d’un monde dont les structures héritent de la mise en forme opérée dans la première moitié du siècle par les poètes.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01084735
Contributor : Céline Bohnert <>
Submitted on : Wednesday, November 19, 2014 - 10:22:35 PM
Last modification on : Friday, June 19, 2020 - 6:27:56 PM
Long-term archiving on: : Friday, February 20, 2015 - 11:40:59 AM

File

BOHNERT_Je ne scay que je suis...
Explicit agreement for this submission

Identifiers

  • HAL Id : hal-01084735, version 1

Collections

Citation

Céline Bohnert. « Je ne sçay que Je suis » : la métamorphose comme métaphore du monde intérieur de la Renaissance au XVIIe siècle. Approches Questions sur l'homme, questions sur Dieu, Centre documentation recherche, 2013, Métamorphoses, p.69-84. ⟨hal-01084735⟩

Share

Metrics

Record views

242

Files downloads

1527