Correspondances d'écrivains au XIXe siècle : la valeur critique ajoutée

Résumé : Pour beaucoup d'écrivains du 19e siècle, la correspondance a été une sorte de tribune privée où " causer littérature ", comme disait Flaubert qui a mené continûment dans la sienne un débat littéraire qu'il ne pouvait concevoir que dans le climat de confiance d'une communauté intellectuelle. On oublie trop souvent combien ces dialogues épistolaires ont eu pour de nombreux écrivains du 19e siècle un rôle essentiel non seulement dans la genèse de l'œuvre mais aussi dans sa communication comme dans l'élaboration d'une pensée critique de la littérature. L'échange épistolaire définit un espace critique privé à l'opposé de l'espace public de la presse, et c'est dans ce débat ouvert par et dans la correspondance que se forgent des valeurs esthétiques et que s'élabore une poétique. Cet article se propose de suivre les trois grandes fonctions du débat dans des correspondances d'écrivains du 19e siècle : la fonction génétique, la fonction médiatique, la fonction critique. La synergie de ces trois fonctions dote la correspondance d'une valeur littéraire, qui la fait participer activement et pleinement à la création et à la vie de l'œuvre.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Alain Tassel. Valeurs et Correspondances, L'Harmattan, pp.53-73, 2010, Narratologie n° 10, 978-2-296-1334-2
Liste complète des métadonnées

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00757742
Contributeur : Catherine Bienvenu <>
Soumis le : mardi 27 novembre 2012 - 15:20:26
Dernière modification le : mercredi 6 février 2019 - 01:05:33

Identifiants

  • HAL Id : hal-00757742, version 1

Collections

Citation

Brigitte Diaz. Correspondances d'écrivains au XIXe siècle : la valeur critique ajoutée. Alain Tassel. Valeurs et Correspondances, L'Harmattan, pp.53-73, 2010, Narratologie n° 10, 978-2-296-1334-2. 〈hal-00757742〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

366