Les productions de biens (secteurs primaire et secondaire) et de services (secteur tertiaire) ont longtemps été clairement séparées. Mais aujourd'hui, le produit tend à devenir un bien intégrant un ou plusieurs services permettant :
- son usage ;
- sa maintenance ;
- son interopérabilité avec son environnement (usager, système de production, de distribution, autres produits, …) ;
- sa traçabilité (intégrant celle de ses composants).
Ces services nécessitent de disposer d'un continuum informationnel tout au long du cycle de vie du produit. La cohérence spatio-temporelle requise et les NTIC maintenant disponibles (étiquettes électroniques, …), conduisent à faire supporter au produit lui-même les informations, voire les traitements qui le concernent. Le produit peut alors être acteur, et contrôler en partie sa fabrication, son transport, son usage, sa maintenance, son recyclage, … Ainsi, on gagne en réactivité à toutes les étapes du cycle de vie du produit : vis-à-vis du client (personnalisation, suivi de la commande, aide à l'usage), mais aussi du fabricant (adaptabilité de l'outil de production, …) et au niveau des relations inter-entreprises (logistique, distribution, …).
Ces notions d' « objet communicant » et de « mobilité de services » définissent le concept de système « ambiant » que nous souhaitons appliquer aux systèmes de production.