Skip to Main content Skip to Navigation

Une odyssée en génétique du développement : de la drosophile aux tumeurs mammaires triple négatives !

Résumé : Certains ne jurent que par leur Destinée et se voient emprunter une voie tracée pour eux. Au mieux d’autres tracent cette ligne eux-mêmes et s'y accrochent obstinément. Je crois au hasard qui provoque des rencontres. Ce sont ces rencontres qui ont construit mon parcours jusqu’ici : à l’IUT (pour ne pas m’engager dans des études trop longues !), au milieu des analyses visant à caractériser les maladies humaines, Arlette Darfeuille-Michaud m’a donné goût à la recherche. Sans pour autant me faire aimer la bactério. La discipline qui étincelait pour moi à la même époque, c’était la Biologie Moléculaire de Serge Alziari. Au moment de choisir un stage de DEA, c’est donc vers lui que je me suis tourné et j’ai découvert le modèle drosophile et sa formule magique : Biologie Moléculaire + Drosophile = Génétique Moléculaire (la contrepartie de cette formule étant un sortilège tout aussi puissant, condensé dans une maxime de Jean-Louis Couderc : « Drosophiliste Un Jours, Drosophiliste Toujours© »). En thèse l’année d’après, Krzysztof Jagla a introduit un nouveau paramètre dans l’équation : la mouche permet d’étudier, de comprendre, voire de soigner les pathologies développementales humaines, que je pensais avoir quittées en même tant que l’IUT. Son réseau (celui du directeur de thèse, pas de l’insecte) m’a permis de creuser ce sillon à travers 2 post-docs. Mon recrutement dans l’équipe d’Yves-Jean Bignon, pionnier de l’oncogénétique en France, a bouclé la boucle : quitte à rechercher pendant 10 ans les causes génétiques de pathologies humaines, autant étudier directement la génétique des êtres humains. Ce document est l'occasion de revenir sur ces travaux de recherche, en expliquant brièvement les résultats principaux obtenus dans les différents laboratoires qui m'ont accueilli. Mon activité actuelle fait l'objet d'une description un peu plus précise. Elle se répartie entre le développement de nouvelles approches à visée de diagnostic, l'établissement de collaborations technologiques et des travaux de recherche au sein de l'équipe d'accueil universitaire ERTICa. Le volet Recherche de ce manuscrit se termine par l'exposé de 2 projets de recherche sur la caractérisation moléculaire du cancer du sein triple négatif. Le premier porte sur l'hétérogénéité tumorale comme moteur de l'échappement métastatique. Il est financé et fera l'objet d'une thèse dont le master 2 est en cours. Le second se développera à plus long terme et s'inscrit dans l'un des axes fondateurs de la nouvelle Unité Inserm IMoST crée en Janvier 2017. Il consiste en un projet de recherche clinique avec analyse précoce des changements moléculaires des tumeurs mammaires triple négatives au cours de leur traitement néoadjuvant, afin de déterminer une signature prédictive de réponse thérapeutique. Ce manuscrit présente également mes activités d'enseignement et les étudiants que j'ai eu l'occasion d'accompagner, et il liste les communications auxquelles j'ai participé, qu'elles soient écrites, orales ou affichées.
Complete list of metadatas

Cited literature [69 references]  Display  Hide  Download

https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01798686
Contributor : Yannick Bidet <>
Submitted on : Wednesday, May 23, 2018 - 5:43:48 PM
Last modification on : Thursday, July 26, 2018 - 4:29:46 PM
Document(s) archivé(s) le : Friday, August 24, 2018 - 9:30:59 PM

File

Manuscrit HDR à imprimer.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : tel-01798686, version 1

Collections

Citation

Yannick Bidet. Une odyssée en génétique du développement : de la drosophile aux tumeurs mammaires triple négatives !. Biologie moléculaire. Université Clermont Auvergne, 2017. ⟨tel-01798686⟩

Share

Metrics

Record views

67

Files downloads

33