Apports et limites de la Réalité Virtuelle pour la mise en contexte de l’humain : Évaluation, Collaboration et Apprentissage

Résumé : Au cours des dernières décennies la Réalité Virtuelle (RV) est devenue un outil prisé et parfois incontournable tant pour le grand public que pour de nombreux secteurs professionnels (recherche académique, construction automobile ou naval, etc.). Avec l’utilisation accrue de cette technologie émerge de multiples questionnements d’ordre technique, sociétal et éthique. A travers la synthèse des activités de recherche que j’ai pu mener jusqu’à présent, mon objectif est d’apporter des éclairages à ces différents questionnements en montrant ce qui est faisable à l’heure actuelle en essayant de sortir du fantasme pour montrer la réalité de cette technologie. Ce document de synthèse comprend 5 parties. Dans la première partie, la question de la validité écologique et des limites de la réalité virtuelle est abordée à travers un exemple précis ; les environnements virtuels de conduite automobile. Je m’attacherai tout d’abord à définir ce qu’est la validité d’un EV et de quelles façons l’évaluer. Puis nous verrons en quoi la notion de présence dans les EV est cruciale pour en mesurer l’impact sur l’utilisateur. Et enfin nous aborderons la question des limites de cette technologie notamment au travers du mal des simulateurs. La seconde partie de ce document vise à montrer en quoi la réalité virtuelle (RV) peut- être utilisée comme un moyen de mise en contexte de l’individu permettant de mettre en évidence l’implication de divers processus cognitifs dans des activités ciblées. Je m’appuierai pour cela sur les travaux que j’ai réalisés sur simulateur de conduite. Nous verrons notamment que la RV peut s’avérer un complément essentiel dans la mise en place d’un protocole d’évaluation des fonctions cognitives visant à estimer les aptitudes à la conduite de personnes cérébrolésées. Les troisième et quatrième parties concernent l'étude des activités collaboratives à distance en RV. Dans un premier temps, il s’agira de définir comment un référentiel commun (RC) peut s’instaurer entre les opérateurs et plus particulièrement comment une représentation de l’espace peut être partagée et intégrée à ce référentiel commun (Référentiel Spatial Commun : RSC). En second lieu je montrerai en quoi mes travaux ont contribué à : 1- Utiliser les connaissances précédemment acquises sur l’individu afin de créer des situations propices à l’apprentissage et/ou à la simulation de procédures via un environnement virtuel. 2- Créer un environnement adapté aux représentations spatiales d’opérateurs distants et dans lequel ils peuvent interagir et collaborer. Enfin ce document se terminera par une cinquième partie dédiée à la synthèse de mes activités de recherche. J’y conclurai, notamment, sur les atouts et les limites de la RV ainsi que sur le cadrage nécessaire des développements et usages futurs qui seront faits de cette technologie. Pour clore cette partie, j’y présenterai en quoi les recherches que j’ai menées jusqu’à présent ont guidé mes orientations de recherche futures.
Type de document :
HDR
Informatique [cs]. Rennes 2, 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [211 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01684325
Contributeur : Ls2n Hal <>
Soumis le : lundi 9 avril 2018 - 14:11:02
Dernière modification le : jeudi 19 avril 2018 - 11:46:05

Fichier

Partie1-ManuscritHDR-Millevill...
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : tel-01684325, version 1

Collections

Citation

Isabelle Milleville-Pennel. Apports et limites de la Réalité Virtuelle pour la mise en contexte de l’humain : Évaluation, Collaboration et Apprentissage. Informatique [cs]. Rennes 2, 2017. 〈tel-01684325〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

202

Téléchargements de fichiers

116