Protection des systèmes informatiques vis-à-vis des malveillances : un hyperviseur de sécurité assisté par le matériel

Résumé : L'utilisation des systèmes informatiques est aujourd'hui en pleine évolution. Le modèle classique qui consiste à associer à chaque utilisateur une machine physique qu'il possède et dont il va exploiter les ressources devient de plus en plus obsolète. Aujourd'hui, les ressources informatiques que l'on utilise peuvent être distribuées n'importe où dans l'Internet et les postes de travail du quotidien ne sont plus systématiquement des machines réelles. Cette constatation met en avant deux phénomènes importants qui sont à l'origine de l'évolution de notre utilisation de l'informatique : le Cloud computing et la virtualisation. Le Cloud computing (ou informatique en nuage en français) permet à un utilisateur d'exploiter des ressources informatiques, de granularités potentiellement très différentes, pendant une durée variable, qui sont à disposition dans un nuage de ressources. L'utilisation de ces ressources est ensuite facturée à l'utilisateur. Ce modèle peut être bien sûr avantageux pour une entreprise qui peut s'appuyer sur des ressources informatiques potentiellement illimitées, qu'elle n'a pas nécessairement à administrer et gérer elle-même. Elle peut ainsi en tirer un gain de productivité et un gain financier. Du point de vue du propriétaire des machines physiques, le gain financier lié à la location des puissances de calcul est accentué par une maximisation de l'exploitation de ces machines par différents clients.L'informatique en nuage doit donc pouvoir s'adapter à la demande et facilement se reconfigurer. Une manière d'atteindre ces objectifs nécessite notamment l'utilisation de machines virtuelles et des techniques de virtualisation associées. Même si la virtualisation de ressources informatiques n'est pas née avec le Cloud, l'avènement du Cloud a considérablement augmenté son utilisation. L'ensemble des fournisseurs d'informatique en nuage s'appuient aujourd'hui sur des machines virtuelles, qui sont beaucoup plus facilement déployables et migrables que des machines réelles.Ainsi, s'il est indéniable que l'utilisation de la virtualisation apporte un véritable intérêt pour l'informatique d'aujourd'hui, il est par ailleurs évident que sa mise en œuvre ajoute une complexité aux systèmes informatiques, complexité à la fois logicielle (gestionnaire de machines virtuelles) et matérielle (nouveaux mécanismes d'assistance à la virtualisation intégrés dans les processeurs). A partir de ce constat, il est légitime de se poser la question de la sécurité informatique dans ce contexte où l'architecture des processeurs devient de plus en plus complexe, avec des modes de plus en plus privilégiés. Etant donné la complexité des systèmes informatiques, l'exploitation de vulnérabilités présentes dans les couches privilégiées ne risque-t-elle pas d'être très sérieuse pour le système global ? Étant donné la présence de plusieurs machines virtuelles, qui ne se font pas mutuellement confiance, au sein d'une même machine physique, est-il possible que l'exploitation d'une vulnérabilité soit réalisée par une machine virtuelle compromise ? N'est-il pas nécessaire d'envisager de nouvelles architectures de sécurité prenant en compte ces risques ?C'est à ces questions que cette thèse propose de répondre. En particulier, nous présentons un panorama des différents problèmes de sécurité dans des environnements virtualisés et des architectures matérielles actuelles. A partir de ce panorama, nous proposons dans nos travaux une architecture originale permettant de s'assurer de l'intégrité d'un logiciel s'exécutant sur un système informatique, quel que soit son niveau de privilège. Cette architecture est basée sur une utilisation mixte de logiciel (un hyperviseur de sécurité développé par nos soins, s'exécutant sur le processeur) et de matériel (un périphérique de confiance, autonome, que nous avons également développé).
Type de document :
Thèse
Système d'exploitation [cs.OS]. INSA de Toulouse, 2016. Français. < NNT : 2016ISAT0026 >
Liste complète des métadonnées


https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01542490
Contributeur : Abes Star <>
Soumis le : lundi 19 juin 2017 - 17:16:08
Dernière modification le : lundi 10 juillet 2017 - 11:10:49

Fichier

2016benoitmorgan.pdf
Version validée par le jury (STAR)

Identifiants

  • HAL Id : tel-01542490, version 1

Collections

Citation

Benoît Morgan. Protection des systèmes informatiques vis-à-vis des malveillances : un hyperviseur de sécurité assisté par le matériel. Système d'exploitation [cs.OS]. INSA de Toulouse, 2016. Français. < NNT : 2016ISAT0026 >. <tel-01542490>

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

342

Téléchargements du document

84