Transport du CO2 et échanges ioniques chez un animal autotrophe, le vestimentifère Riftia pachyptila : étude de l'anhydrase carbonique et des transporteurs impliqués

Résumé : Le vestimentifère des sources hydrothermales Riftia pachytila constitue un modèle de symbiose particulièrement original et quasiment unique dans le monde animal. Riftia est en effet à ce jour le seul organisme connu ayant développé une symbiose obligatoire avec une bactérie intracellulaire, sulfato-oxydante utilisant le CO2 moléculaire comme source de carbone, et localisée dans un organe interne isolé de tout contact direct avec le milieu environnant. Cet état de fait suggère la dépendance totale de la bactérie symbiotique vis-à-vis de son hôte, que ce soit pour une source d'oxygène, d'énergie (H2S), d'azote (NO3-) ou de carbone (CO2), et l'inverse est également vrai puisqu'une fois la symbiose établie, l'hôte perd toute capacité d'ingérer quelque nourriture que ce soit. Au cours de cette thèse, nous avons cherché à approfondir spécifiquement les mécanismes cellulaires liés au transport et à la conversion du CO2 mis en place dans la branchie et le trophosome de Riftia, et nécessaires au métabolisme des symbiontes. Pour cela, nous avons combiné une approche cellulaire et pharmacologique sur des suspensions de bactériocytes isolés à des techniques d'hybridation in-situ, d'immunolocalisation, de biochimie et de biologie moléculaire. Nous avons pu déterminer que Riftia exprime certainement deux isoformes d'anhydrases carboniques (CA) apparentées aux α-CA. Dans les lobules du trophosome, une isoforme cytoplasmique et une isoforme membranaire ont pu être mises en évidence. Un transporteur de type V-H+-ATPase a été co-localisé avec l'anhydrase carbonique dans toutes les cellules symbiotiques, alors que la présence de Na+-K-ATPase apparaît être restreinte aux cellules les plus périphériques du lobule. Nous avons également pu mettre en évidence la sensibilité des bactériocytes à l'amiloride et au NPPB, deux inhibiteurs des échanges d'ions sodiums et chlorures respectivement. Dans l'épithélium branchial, une seule isoforme de CA cytoplasmique a pu être mise en évidence, présentant des caractéristiques légèrement différentes de celles du trophosome. L'épithélium branchial joue un rôle manifeste dans le transport orienté des ions : une V-H+-ATPase a été immunolocalisée au niveau de la membrane apicale des cellules épithéliales, en contact avec le milieu environnant, et une Na+K+-ATPase au niveau basolatéral. Nos travaux ont permis d'apporter de nouvelles données sur le métabolisme du carbone chez Riftia pachytila au travers d'une enzyme clé, l'anhydrase carbonique, mais également d'élargir les perspectives d'étude à la caractérisation potentielle de nouveaux transporteurs membranaires, impliqués dans des échanges ioniques particuliers liés au mode de vie symbiotique de Riftia.
Type de document :
Thèse
Biologie cellulaire. Paris 6, 2002. Français
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [183 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal.sorbonne-universite.fr/tel-01115662
Contributeur : Novelenn Louise <>
Soumis le : jeudi 12 février 2015 - 16:22:03
Dernière modification le : jeudi 21 mars 2019 - 14:29:59
Document(s) archivé(s) le : mercredi 13 mai 2015 - 10:07:29

Fichier

Identifiants

  • HAL Id : tel-01115662, version 1

Citation

Marie-Cécile De Cian. Transport du CO2 et échanges ioniques chez un animal autotrophe, le vestimentifère Riftia pachyptila : étude de l'anhydrase carbonique et des transporteurs impliqués. Biologie cellulaire. Paris 6, 2002. Français. 〈tel-01115662〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

356

Téléchargements de fichiers

72