Peut-on expertiser l'informel?

Résumé : À l'heure de la " modernité réflexive " , la distinction primordiale qu'établissent les savoirs formels, qui s'objectivent en titres, diplômes et qualifications, qui se traduisent par des partitions triviales entre ceux qui savent et ceux qui ont la maîtrise du savoir (savoir spécifique à tel domaine d'intervention, savoir gestionnaire) et ceux qui sont voués à la pratique, est de plus en plus mise à mal ; plus particulièrement là où, comme à l'hôpital, se joue une relation de service, d'aide... avec un public souvent précarisé. Alors, les professionnels qui sont au front acquièrent une connaissance pratique de la relation de type clinique ou jurisprudentiel, en viennent à disposer de compétences qui font défaut à ceux qui les encadrent, tout en sachant qu'ils ne sont pas légitimes pour dire ce qu'ils savent ; et ceux qui sont censés savoir sont critiqués par leurs manques de pratiques de terrain.
Type de document :
Article dans une revue
Rhizome, 2013, pp.20-21
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00978253
Contributeur : Nicolas Chambon <>
Soumis le : lundi 14 avril 2014 - 00:15:38
Dernière modification le : mercredi 31 octobre 2018 - 12:24:14
Document(s) archivé(s) le : lundi 14 juillet 2014 - 10:47:01

Fichiers

chambon.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00978253, version 1

Collections

Citation

Nicolas Chambon. Peut-on expertiser l'informel?. Rhizome, 2013, pp.20-21. 〈halshs-00978253〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

289

Téléchargements de fichiers

251