Skip to Main content Skip to Navigation
Other publications

Quel avenir pour les cercles mixtes de la gendarmerie ?

Résumé : Gendarmerie nationale est, selon l'article L. 3211-1 du Code de la défense, une force armée. Un rapport sénatorial récent prend acte de la nécessité pour elle de disposer d'un corps de soutien afin de mener ses missions 1 , ce qui a été exposé dans les termes de la circulaire n° 20000 « relative à l'emploi opérationnel des officiers et sous-officiers des corps militaires de soutien de la Gendarmerie nationale ». Dans la doctrine militaire, le soutien intégré d'une force armée est unanimement jugé essentiel pour garantir la continuité de l'action sur le terrain et l'autonomie lors des missions. Les 116 cercles mixtes 2 font partie de la chaîne de soutien des unités opérationnelles et ils participent concrètement à la continuité de l'action des gendarmes, en temps de paix comme en temps de crise. Ce constat est d'autant plus vrai dans le cadre de l'anticipation opérationnelle. En effet, la réussite d'une mission est caractérisée par de nombreux aspects logistiques, dont la restauration des personnels engagés constitue un point majeur puisqu'elle permet de garantir la présence et le maintien en condition des troupes sur le terrain, de jour comme de nuit, souvent en situation dégradée. À titre d'exemple, en mai 2021, les traques des Cévennes (fuite du suspect d'un double meurtre) et du Lardin Saint-Lazare (arrestation d'un forcené armé) ont engagé respectivement 350 et 300 gendarmes sur plusieurs jours, période pendant laquelle ils ont dû être nourris. Le soutien en gendarmerie est une caractéristique capitale de sa qualité d'armée et les cercles mixtes font partie de cette chaîne assurant, dans l'ombre, la continuité de l'action et la réussite des missions. De façon générale, les cercles mixtes de la gendarmerie (CMG) offrent des prestations de restauration, d'hôtellerie, de ventes d'effets divers et font office de débit de boissons. Ils prouvent chaque jour leur intérêt, notamment parce qu'ils contribuent aux manifestations sociales et sont un vecteur de la cohésion des unités. Néanmoins, ils sont trop longtemps restés à l'écart des sujets opérationnels et ont été impactés par des restrictions budgétaires. C'est pourquoi il est aujourd'hui essentiel de questionner les modalités de leur fonctionnement : doit-on utiliser une chaîne de restauration interne au quotidien et dans le cadre d'opérations ponctuelles ? Doit-on faire appel à des organismes privés, avec les contraintes qu'ils peuvent engendrer ? Ou alors, engager une action mutualisée et, dans ce cas, avec quelles institutions partenaires ? Pour tenter de répondre à ces questions, des monographies et des données comptables (bilans et comptes de résultat) ont été analysées, complétées par des entretiens semi-directifs et l'étude de rapports de l'Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN). Les principaux résultats sont synthétisés ci-après.
Document type :
Other publications
Complete list of metadata

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03668705
Contributor : Joan Le Goff Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Friday, May 20, 2022 - 7:39:40 AM
Last modification on : Thursday, September 29, 2022 - 2:21:15 PM

File

NOTE CREOGN_Cercles-mixtes.pdf
Publisher files allowed on an open archive

Identifiers

  • HAL Id : hal-03668705, version 1

Collections

Citation

Valentin Loliaux, Joan Le Goff. Quel avenir pour les cercles mixtes de la gendarmerie ?. 2022, https://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/crgn/publications/les-notes-du-creogn/quel-avenir-pour-les-cercles-mixtes-de-la-gendarmerie. ⟨hal-03668705⟩

Share

Metrics

Record views

59

Files downloads

19