Skip to Main content Skip to Navigation
Reports

Les rapports des citoyen·nes à la justice. Expériences, représentations et réceptions

Résumé : Comment les citoyennes et citoyens se représentent-ils la justice et son fonctionnement ? Alors que les justiciables constituent un angle mort des études actuelles sur la justice, cette recherche, conçue par une équipe pluridisciplinaire associant politistes, sociologues et juristes, rend compte de la pluralité des expériences, des représentations de la justice, et des rapports au droit, à la justice et à la police. Premier enseignement : les enquêté·es font part d’un attachement ambivalent à l’égard de la justice. Considérée comme une condition du vivre ensemble, l’autorité de la justice est globalement reconnue et acceptée. Les attentes à son égard sont toutefois idéalisées et entraînent des déceptions et sentiments négatifs : justice trop rapide par exemple dans le cas des comparutions immédiates ou trop lente lorsqu’il s’agit de décider des modalités de garde d’un enfant. Les entretiens montrent un fort décalage entre ce que le droit permet (la résolution de litiges par une technique juridique parfois complexe) et les attentes des justiciables qui veulent que l’humain, l’individu, sa singularité soient pris en compte et demandent des marques d’empathie et d’écoute. Celles et ceux qui ont eu affaire à la justice se sont sentis plus spectateurs qu’acteurs de leur procès - objets et non sujets de droit. Cette critique vise magistrat·es et avocat·es. Enfin, il est reproché à l’institution judiciaire de reproduire, voire d’aggraver les inégalités sociales. Si la confiance dans l’institution est globalement satisfaisante, les inégalités d’accès au droit et au système judiciaire sont relevées. Les représentations de la justice pénale offrent un net contraste entre les conceptions abstraites qui dénoncent une clémence excessive et les attitudes adoptées face à des cas concrets qui marquent par la moindre punitivité des citoyen·nes. S’inscrivant dans le cadre des travaux sur les legal consciousness studies (études sur la conscience du droit), quatre types de rapport au droit et à la justice sont identifiés : les personnes « défiantes » qui ont majoritairement expérimenté le système judiciaire et s’en méfient ; les personnes qui se perçoivent comme « illégitimes », au sens où elles expriment une relative confiance mais ne se sentent pas compétentes pour se prononcer ; les personnes « confiantes distantes » qui se déclarent satisfaites du système judiciaire tout en ne souhaitant pas y avoir affaire et les personnes « légitimistes » qui éprouvent une grande confiance et satisfaction.
Complete list of metadata

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03359352
Contributor : Bartolomeo Cappellina Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Wednesday, October 6, 2021 - 10:46:52 AM
Last modification on : Saturday, June 25, 2022 - 8:06:15 PM
Long-term archiving on: : Friday, January 7, 2022 - 6:03:57 PM

File

Vigour, Cappellina, Dumoulin, ...
Publication funded by an institution

Identifiers

  • HAL Id : hal-03359352, version 1

Collections

Citation

Cécile Vigour, Bartolomeo Cappellina, Laurence Dumoulin, Virginie Gautron. Les rapports des citoyen·nes à la justice. Expériences, représentations et réceptions. [Rapport de recherche] Actu Recherche N° 11, Mission de Recherche Droit et Justice. 2021. ⟨hal-03359352⟩

Share

Metrics

Record views

78

Files downloads

63