Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Étude semi-automatique des traductions d’Homère avec « Odysseus » : l’exemple de la traduction d’Achille de la Valterie

Résumé : L'outil numérique permet-il de saisir quasi simultanément l'épaisseur historique des traductions et les relations qu'elles entretiennent les unes avec les autres ? C'est le pari du projet « Odysseus », qui vise à analyser l'évolution des traductions françaises de l'Odyssée d'Homère, depuis la traduction partielle de Jacques Peletier du Mans en 1547 jusqu'à celle de Philippe Jaccottet en 1955. Il s'agit d'un projet toujours en cours, qui implique, pour une grande part, l'utilisation d'outils numériques, issu d'une thèse portant sur la comparaison, à l'aide d'une interface en ligne, de vingt-sept traductions en langue française de l'Odyssée 1. Pour produire l'interface de comparaison, un programme a été créé capable de segmenter les différentes traductions et d'associer les différents segments des traductions entre eux de façon automatique. Le programme permet donc de percevoir immédiatement quelles portions de traduction se retrouvent chez certains auteurs, et quelles autres sont absentes, et, par suite, de comparer ces portions. Un tel travail n'aurait pas été possible sans le secours des techniques numériques. Sur un total de vingt-sept traductions, vingt-trois sont intégrales. L'Odyssée d'Homère en grec, si nous nous référons à la version en ligne de Perseus 2 et donc à ses leçons spécifiques, comprend environ 6000 mots par chant, et les traductions françaises que nous comparons font en moyenne un total de 130 000 à 150 000 mots. Il ne s'agit donc pas de big data, mais de données suffisamment importantes pour ne pas être comparées simplement à la main (si tant est qu'il soit possible de le faire manuellement en conservant une stabilité dans les critères de comparaison employés). L'outil que nous avons créé, outre qu'il a eu une utilité immédiate et pratique pour notre cas d'étude, est utilisable pour toutes les traductions d'un même texte source (ou de plusieurs textes source proches), quelle qu'en soit la langue. Le programme est pour l'instant conçu pour analyser automatiquement le grec ancien et le français, mais nous avons déjà mené des tests pour analyser l'italien et l'anglais (la condition minimale étant qu'il existe, pour la langue à analyser, un étiqueteur syntaxique). Le code source du programme est libre de droits, et disponible en ligne. Nous travaillons actuellement à une mise en ligne permettant aux utilisateurs de télécharger et analyser leurs propres fichiers.
Document type :
Book sections
Complete list of metadata

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03168068
Contributor : Marianne Reboul Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Friday, March 12, 2021 - 4:26:37 PM
Last modification on : Tuesday, January 4, 2022 - 6:50:00 AM
Long-term archiving on: : Sunday, June 13, 2021 - 7:12:54 PM

File

II-2-Marianne.Reboul.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03168068, version 1

Citation

Marianne Reboul. Étude semi-automatique des traductions d’Homère avec « Odysseus » : l’exemple de la traduction d’Achille de la Valterie. Notre Homère ; Stratégies d'appropriation des poèmes homériques (France, XVIe-XXIe siècle), Université Grenoble Alpes, 2021, Lire l'Antiquité, 978-2-37747-281-9. ⟨hal-03168068⟩

Share

Metrics

Les métriques sont temporairement indisponibles