Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Écrire la Grande Guerre aujourd’hui

Résumé : L’article explore la question de la transmission. Depuis ses origines, l’écriture de la Grande Guerre se place sous le signe contradictoire de l’indicible et de l’exigence de transmettre. Les écrivains qui racontent la Première Guerre mondiale aux jeunes lecteurs d’aujourd’hui ont hérité de cette difficulté et de cette exigence. Tout en décrivant l’enfer des tranchées, Catherine Cuenca, Christophe Lambert, Yves Pinguilly trouvent des compromis narratifs pour respecter la sensibilité de leur lecteur et concilier la représentation de l’ennemi avec un message pacifiste. En s’éloignant du front, Paule du Bouchet, Philippe Barbeau, Thierry Aprile, Fabien Grégoire montrent la guerre comme un processus de destruction des individus et des familles. Les lieux symboliques de ces « fables du deuil » (Carine Trévisan) sont les cimetières et le monument aux morts où Pef situe Zappe la guerre (1998). Cet album montre les guerres dans les Balkans des années 1990 comme le symptôme d’un oubli collectif de la première hécatombe du vingtième siècle. Pourtant, les romans contemporains postulent la possibilité d’une transmission. Ils se construisent, même, autour de l’exigence d’un « passage de témoin » selon la formule de Patrick Pécherot. Dans les fictions, ce « passage » est souvent problématique : il revient aux héros de restaurer une transmission interrompue.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadata

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02898276
Contributor : Isabelle Guillaume Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, July 13, 2020 - 4:30:54 PM
Last modification on : Thursday, August 25, 2022 - 1:45:23 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02898276, version 1

Citation

Isabelle Guillaume. Écrire la Grande Guerre aujourd’hui. Parole, Association romande de littérature pour l'enfance et la jeunesse., 2010, 3, pp.10-11. ⟨hal-02898276⟩

Share

Metrics

Record views

33