Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Étudier aujourd’hui la pratique de citation d’un auteur antique : l’exemple des références à Aristophane chez Athénée

Résumé : Le compilateur grec Athénée de Naucratis a produit vers 200 de notre ère un texte monumental qui est en même temps le récit réjouissant d’un banquet et, essentiellement, un tissu érudit de citations souvent rares [1]. Ce flux de plus d’un million de caractères est distribué en une polyphonie de personnages et d’auteurs, si bien que ce qui rendait son étude difficile il y a cent ans est encore ce qui la rend difficile aujourd’hui : sa taille et son hétérogénéité, malgré les éléments de structure plus ou moins habilement introduits. Pour analyser la pratique de citation d’un tel auteur, et comprendre les principes de composition et les intentions d’une telle œuvre, il faut dépasser à la fois la lecture continue et la logique de l’échantillonnage. Si l’étude fine de la réutilisation textuelle est toujours une tâche de longue haleine, le traitement programmatique d’annotations systématiques est un processus prometteur, mais complexe – et c’est dans la compréhension des détails que réside son intérêt philologique, pour ne pas faire table rase des interprétations historiques et littéraires, ni des enjeux théoriques propres au geste de la « seconde main », qui fait œuvre en citant [2]. Dans cette présentation, nous évoquerons un mémoire de recherche récent [3] qui posait à nouveaux frais la question des références à un auteur canonique, le comique Aristophane, dans cette source habituelle mais aussi habituellement mal exploitée, le texte d’Athénée. Ce travail a impliqué de corriger le texte mis à disposition par le projet Perseus [4], de dresser une typologie des citations, de définir un schéma d’encodage en TEI et de mettre au point des moyens d’extraction, d’analyse et de visualisation des données pertinentes. Il s’intègre à un projet plus large d’étude de l’œuvre, en cours, qui vise à modéliser les interactions des locuteurs fictifs et à ouvrir l’une des questions les plus intéressantes, et les plus difficiles à traiter d’un point de vue quantitatif, pour un corpus de ce genre : l’agencement des citations et des séquences discursives qui les insèrent dans le tissu narratif. À partir de l’exemple d’Aristophane, nous réfléchirons aux conditions techniques et au cadre intellectuel de l’étude d’une pratique de citation, au delà de la seule identification des réemplois [5]. En mettant en lumière aussi des problèmes et des hésitations, nous nous demanderons comment les premiers résultats obtenus, parfois surprenants, peuvent être généralisés et donner lieu à un partage de méthodes et de données. De telles recherches, à notre sens, doivent s’inscrire dans la perspective d’une science ouverte, reproductible et extensible, que les antiquisants ont assez tôt explorée mais qui reste à construire. --- NOTES ET RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES. [1] Voir Kaibel Georg (éd.), Athenaei Naucratitae Dipnosophistarum libri XV, Leipzig, Teubner, 1887 ; Jacob Christian, The Web of Athenaeus, Washington, Center for Hellenic Studies, 2013 ; Lenfant Dominique (éd.), Athénée et les fragments d’historiens, Paris, de Boccard, 2007 ; Rougier-Blanc Sylvie (éd.), Athénée de Naucratis, Le Banquet des savants, livre XIV, Bordeaux, Ausonius Editions, 2018. [2] Compagnon Antoine, La Seconde Main, ou le travail de la citation, Paris, Seuil, 1998. [3] Sarah Krauss, « Les citations d’Aristophane dans Les Deipnosophistes d’Athénée de Naucratis », mémoire de master 2 sous la direction d’Aurélien Berra, université Paris-Nanterre, 2018-2019. [4] Voir la Perseus Digital Library (http://www.perseus.tufts.edu/hopper et https://scaife.perseus.org), ainsi que le projet Open Greek and Latin (http://opengreekandlatin.org). Notre projet se développe sur les mêmes bases que le projet Digital Athenaeus (http://digitalathenaeus.org), né d’un intérêt pour les fragments d’historiens, et pourra converger avec lui. [5] Notre perspective est donc différente et complémentaire de la détection automatique du « text reuse », telle que l’ont proposée par exemple les projets eTRACES (http://asv.informatik.uni-leipzig.de/en/projects/25) ou Tesserae (http://tesserae.caset.buffalo.edu).
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02876794
Contributor : Aurélien Berra <>
Submitted on : Sunday, June 21, 2020 - 7:00:37 PM
Last modification on : Monday, June 22, 2020 - 3:26:57 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02876794, version 1

Citation

Aurélien Berra, Sarah Krauss. Étudier aujourd’hui la pratique de citation d’un auteur antique : l’exemple des références à Aristophane chez Athénée. Colloque Humanistica 2020, Humanistica, l’association francophone des humanités numériques, May 2020, Bordeaux, France. ⟨hal-02876794⟩

Share

Metrics

Record views

56