A. De-son-grenier-»,-Écrit and . Leroi-gourhan, On comprend dès lors pourquoi le mundus s'ouvrait notamment le 24 août, veille des Opiconsiuia, et pouvait servir à prédire l'état de la récolte à venir 20 . Ce centre du monde faisait communiquer avec les dieux chtoniens, qui sont au premier chef les divinités agraires 21 . R. Caillois avait noté à propos du mundus des Latins : « À Rome, à dates fixes, on soulève la pierre qui ferme le mundus : c'est un trou du Palatin qu'on tient pour la voie d'accès au monde infernal, pour la contraction de ce monde lui-même, et, comme son nom l'indique, pour le pendant exact du monde des vivants dont il est le symétrique dans l'audelà, vol.18

. Lat, . Puisque, . Servent-À-désigner-un-type-de-sépulture-consistant-en-une-sorte-de-cuve, and . Latin, certains emplois très anciens de mundus laissent supposer un sens comparable de cave, caveau (le contexte funéraire en moins), proche de celui de cella (terme lui aussi exclu du contexte funéraire en latin), on peut se demander si mundus ne pourrait pas être un emprunt à mutna. Si cela est, en étrusque, un emprunt certain au falisque, mundus, symétriquement, pourrait très bien être l'avatar de mutna en latin. Comme on sait, le substantif mundus -sans parler pour le moment de l'adjectif mundus, -a, -um -n'a toujours pas reçu d'étymologie satisfaisante 23, Lancé au XIX e siècle, le rapprochement, douteux sur le plan formel 24, p.121

, De même que *-dn-aboutit normalement à -nd-26 , de même une séquence *-tVn-ou*-tndevient généralement -nd-. L'exemple qui paraît le plus net, celui auquel recourt Meiser

. Leroi-gourhan, ch. XIII. Les symboles de la société, p.157, 1965.

. Cf, 104-105 : aput antiquos fuit altissimus puteus, in quem descendebat puer, quo cognosceret anni prouentus « du temps des Anciens existait un puits très profond, dans lequel descendait un enfant afin de s'informer de la récolte de l'année, Buc, vol.3

G. De-manière, ouverture des récipients de stockage alimentaire donne souvent accès à l'autre monde et permet aux âmes de s'échapper. L'ouverture des jarres à vin, la ???????? des Anthestéries athéniennes a parfois été comprise en ce sens (que les Anthestéries soient une fête des morts, la formule ?????? ?????, ?????? ?????????? l'atteste ; cf. Nilsson, Geschichte der griechischen Religion, I, 3 e éd, qui cite également un parallèle chez les Hittites, vol.313, p.363, 1967.

. Caillois, , p.150, 1950.

, mundus « toilette, parure de la femme », Ernout-Meillet note qu' « il semble qu'il y ait eu deux (ou trois) mots différents, un adjectif mundus et un substantif mundus "parure" et "monde

, Que serait devenue en latin la fin de ce mot étrusque, et que penser de la correspondance entre lat. d et étrusque ? ? 25 Hypothèse évoquée sans autre commentaire dans Ernout-Meillet s.v. mundus « cieux ». De la discussion présente dans Breyer, pp.364-367, 1993.

C. Le-type-unda-<-*ud-n?,

, L'origine du substantif mundus que nous venons de proposer ne prétend pas faire disparaître toutes les difficultés que soulève un tel mot. En tout cas, elle nous paraît possible et soutenable sur les plans formel et sémantique

J. Brachet,

G. C. Bakkum, The Latin Dialect of the Ager Faliscan, Les dieux des Romains, 1942.

J. Brachet, Les différents mundus du latin : homonymie et histoire des mots, 2007.

, L'homonymie dans les lexiques latin et grec, sous la direction de A. Blanc et A. Christol, Association pour la Diffusion de la Recherche sur l'Antiquité (Nancy). Études anciennes, 33. Diffusion de Boccard, pp.47-62

G. Breyer, Etruskisches Sprachgut im Lateinischen unter Ausschluss des spezifisch onomastischen Bereiches, 1993.

D. Briquel, Les Étrusques peuple de la différence. Paris : A. Colin. Cagnat, R. et Chapot, V. 1917. Manuel d'archéologie romaine. I. Les monuments. Décoration des monuments. Sculpture, 1993.

R. Caillois, L'homme et le sacré, vol.2, 1950.

J. Cauvin, Naissance des divinités. Naissance de l'agriculture. La révolution des symboles au néolithique, 1997.

M. De-vaan, Etymological Dictionary of Latin and the other Italic Languages, 2008.

J. Hadas-lebel, Les cas locaux en étrusque. Rome : Giorgio Bretschneider editore, Biblioteca di « Studi Etruschi, p.56, 2016.

L. Boeuffle and A. , Astronomie, astrologie. Lexique latin, 1987.

L. Bonniec and A. , Le culte de Cérès à Rome des origines à la fin de la République, Le geste et la parole. II. La mémoire et les rythmes, 1958.

. Liv-=-lexicon-der-indogermanischen-verben, Die Wurzeln und ihre Primärstammbildungen. Sous la direction de Helmut Rix. 2 e éd, Le pomerium archaïque et le mundus. Revue des Études latines, vol.54, pp.71-109, 1976.

G. Meiser, Etruskische Texte. Editio minor. Teil 1: Einleitung, Konkordanz, Indices. Teil 2: Texte, 2014.

A. J. Pfiffig, Etruskisches I : Zu lateinisch mundus und etruskisch mun?, Die Sprache, vol.8, pp.142-145, 1962.

J. Puhvel, The origins of Greek ?????? and Latin mundus, American Journal of Philology, vol.97, pp.154-167, 1976.

O. Szemerényi, The Latin gerundive and other -nd-formations. Scripta minora, vol.II, pp.591-601, 1950.