La gestion des populations de gibier : modèle bioéconomique et dégâts du sanglier à l’agriculture

Résumé : Le sanglier est à la fois une ressource et une peste : gibier valorisé par les chasseurs et responsable de dommages collectifs, notamment agricoles. D’une situation proche de la tragédie des communs qui gérait uniquement les dommages par une pression de chasse forte sur les populations de sanglier, on est passé à un optimum pour les chasseurs, lié à la prise de conscience d’externalités positives de stock à travers la demande de chasse. La régulation de la pression de chasse a conduit à augmenter les stocks de sanglier, ce qui a permis d’améliorer la satisfaction des chasseurs. Un modèle bioéconomique a permis de formaliser l’optimum collectif qui correspond à la maximisation de la richesse collective liée à la présence du gibier. Il prend donc en compte à la fois l’impact environnemental à travers les dommages qu’ils occasionnent et l’effet positif de ces populations sur la satisfaction des chasseurs. Si l’externalité marginale de stock l’emporte sur le dommage marginal, le stock optimal est supérieur au stock qui donne un rendement égal à celui des actifs financiers. Dans le cas contraire, le stock optimal doit être plus faible. On se rapproche alors de l’équilibre en situation de libre accès à la ressource. On propose une première quantification en se limitant aux dommages agricoles. La partie empirique porte donc sur l’estimation d’une fonction de dommage pour chaque type de cultures pour chaque département français. En l’absence de données statistiques sur les populations de sanglier, le dommage a été indexé sur le prélèvement, en faisant l’hypothèse que ce dernier reflétait le stock responsable du dommage. Cette démarche est cohérente avec la gestion des populations de sanglier qui se fait par le prélèvement. On débouche donc sur un dommage marginal par sanglier prélevé plus faible pour le sud (20 à 30 €) que pour le centre, l’ouest et le nord (50 à 60 €). Il atteint jusque 90 € pour l’est. Ces fonctions de dommage doivent permettre par la suite de calculer le prélèvement correspondant aux populations à ne pas dépasser pour rester en dessous d’un dommage départemental donné. Des analyses sur le prix des chasses permettront de rapprocher le consentement à payer des chasseurs et les dommages marginaux, l’enjeu étant de pouvoir par la suite déboucher sur des recommandations en matière de gestion des populations de gibier.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02349925
Contributor : Archive Ouverte Prodinra <>
Submitted on : Tuesday, November 5, 2019 - 8:07:26 PM
Last modification on : Friday, November 15, 2019 - 11:20:04 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02349925, version 1
  • PRODINRA : 34466

Collections

Citation

Carole Ropars-Collet, Philippe Le Goffe, . Inra, . Société Française d'Economie Rurale. La gestion des populations de gibier : modèle bioéconomique et dégâts du sanglier à l’agriculture. 1. Journées INRA-SFER de recherches en sciences sociales, Dec 2007, Paris, France. ⟨hal-02349925⟩

Share

Metrics

Record views

9