Contribuer à la sécurité industrielle « par le facteur humain ». Un regard pour aider à (re)penser la formation

Résumé : Nous proposons au lecteur de considérer avec nous quelques pistes qui nous paraissent fécondes pour penser la formation à la sécurité. C’est pourquoi le premier chapitre est consacré à une réflexion générale sur le rapport entre sécurité et formation afin de construire des cadres de compréhension de la problématique dans son ensemble. La formation peut porter sur la sécurité des opérateurs formés, de leurs collaborateurs, des bénéficiaires directs de leur travail ou plus largement du public lorsque ce travail est caractérisé par une influence de large portée, comme c’est souvent le cas dans le domaine des industries dites à risque (agroalimentaire, chimique, énergétique, pharmaceutique, etc.). On parle alors de « sécurité industrielle », qui est le niveau dont il est majoritairement question dans ce Regard.Il en résulte un champ de pratiques très vaste : tenter de le décrire de façon exhaustive serait sûrement vain, et de surcroît d’un faible intérêt pour le lecteur. Il ne s’agit pas de faire ici un inventaire des pratiques de formation existantes dans le domaine de la formation à la sécurité, ni même un état des lieux de la recherche dans le domaine. Nous proposons plutôt une distinction argumentée entredeux tendances lourdes en formation, qui ne sont pas uniquement valables dans le domaine de la formation à la sécurité industrielle, mais qu’il est particulièrement utile de distinguer dans ce domaine. La première approche, dite « curriculaire », est décrite dans le chapitre2,et la seconde approche, dite « non-curriculaire », fait l’objet du chapitre3.Cette distinction a un intérêt conceptuel en soi, mais aussi un intérêt pratique parce qu’elle suppose des options différentes et déterminantes pour la conception de formation.Le document se focalise sur un domaine particulier de la formation à la sécurité : la formation à la gestion de situations dégradées, voire critiques. Ce domaine est évidemment prioritaire dans les organisations à risque et fait l’objet de nombreuses réflexions et actions locales, mais il comporte selon nous des zones d’ombre encore faiblement théorisées, notamment relatives aux situations« impensées ». Nous ne proposons pas une synthèse de l’intégralité des recherches et des pratiques portant sur la formation à la gestion de situations critiques, mais un cadre conceptuel que nous estimons utile pour agir efficacement par la formation dans ce domaine.
Complete list of metadatas

Cited literature [91 references]  Display  Hide  Download

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02332078
Contributor : Simon Flandin <>
Submitted on : Sunday, November 10, 2019 - 2:12:24 PM
Last modification on : Tuesday, November 12, 2019 - 1:16:48 AM

File

regard-formation.pdf
Publisher files allowed on an open archive

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NoDerivatives 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : hal-02332078, version 1

Collections

Citation

Simon Flandin, Germain Poizat, Romuald Perinet. Contribuer à la sécurité industrielle « par le facteur humain ». Un regard pour aider à (re)penser la formation. 2019, https://www.foncsi.org/fr/publications/regards/repenser-la-formation-FOH/repenser-formation-FOH.pdf. ⟨hal-02332078⟩

Share

Metrics

Record views

192

Files downloads

14