Les artistes équestres en France : se définir dans une activité composite aux contours flous. Symposium coordonné par T.Perez-Roux et S. Brau-Antony « Investir de nouveaux terrains : enjeux et conditions pour un regard pluriel sur des objets complexes ».

Abstract : La contribution porte sur la professionnalisation des artistes équestres (AE) en France. Nombreux sur le territoire du sud de la France, les AE semblent investir avec passion une activité multiforme, mal reconnue et aux contours flous. Dans le cadre d’un projet de recherche avec l’Institut Français du Cheval et de l’Equitation (IFCE) visant à mettre en place une formation professionnalisante adaptée à ce public, nous avons fait en sorte de mieux comprendre ce groupe professionnel : parcours pour devenir AE et modes d’apprentissages, rapport à l’activité (Charlot, 1997 ; Tardif et Lessard, 1999), formes de structuration du secteur et auto-définition des AE dans un univers décrit comme en tension. En effet, l’attente des organisateurs de spectacles, l’exigence croissante du public, la concurrence exponentielle conduit les AE à faire preuve de créativité, à repousser toujours plus loin leurs propres limites, mais également leur collaboration avec les chevaux. Ce constat interroge leur processus de professionnalisation (Bourdoncle, 1991), entendu selon Wittorski (2007) à la fois : a) comme une intention de professionnalisation du secteur visant à spécifier/développer les compétences attendues ; b) comme un processus d’appropriation des dispositifs proposés et du sens donné par les acteurs eux-mêmes à un tel projet, ouvrant sur des enjeux de développement professionnel. Ainsi, partant du principe qu’une formation doit à la fois répondre à des exigences institutionnelles, professionnelles, économiques, etc. mais avant tout aux attentes et besoins des acteurs auxquels elle est destinée (qui connaissent particulièrement bien les réalités de l’exercice de leur métier), la contribution s’intéresse à la compréhension des mondes, des trajectoires identitaires (Dubar, 1998) et de l’activité des artistes équestres. Au plan méthodologique, l’approche choisie est plurielle et s’appuie sur un collectif de chercheur.e.s. Après une recension des textes, des formations, de référentiels métier proches de celui d’AE (pas encore inscrit au Répertoire National des Certifications Professionnelles), deux entrées ont été privilégiées dans une approche socio-ethnographique. D’une part, 29 entretiens semi-directifs ont été réalisés (11 en janvier 2017 et 18 en janvier 2018) dans le cadre d’un évènement majeur « Cheval passion » réunissant de très nombreux AE et des programmateurs de spectacles. Ils ont été intégralement retranscrits et soumis à une analyse thématique concertée. D’autre part une observation de l’activité réelle a été mise en œuvre : des rencontres avec cinq AE ont été effectuées en 2018, sur leur lieu de travail et durant une journée, ce qui a permis d’approcher leur activité au quotidien, en contexte, et de repérer la diversité des tâches, les choix effectués pour « tenir » dans cette activité, les difficultés rencontrées et les perspectives de développement. Les résultats rendent compte de la diversité des parcours conduisant au métier d’AE (type de scolarité, apprentissages (in)formels, filiations, opportunités et moments clés, formes de reconnaissance, etc.). Par ailleurs, ils mettent au jour des définitions de soi en tant qu’AE (qualités revendiquées, adhésion à des valeurs partagées, spécificités artistiques, etc.) et plus largement une définition endogène du métier. Enfin, les résultats éclairent le rapport à l’activité (registres spécifiques à investir, ressources mobilisées, systèmes de contraintes à gérer, etc.). Cet ensemble d’éléments met en relief des tensions, notamment entre amateur et professionnel, entre technique et artistique, entre spécificité du rapport au cheval et ouverture sur d’autres arts, qui traversent ce monde composite des AE et amènent à rester vigilant sur les formations à venir.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02182883
Contributor : Thérèse Perez-Roux <>
Submitted on : Saturday, July 13, 2019 - 5:34:05 PM
Last modification on : Sunday, July 14, 2019 - 2:07:15 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02182883, version 1

Citation

Thérèse Perez-Roux. Les artistes équestres en France : se définir dans une activité composite aux contours flous. Symposium coordonné par T.Perez-Roux et S. Brau-Antony « Investir de nouveaux terrains : enjeux et conditions pour un regard pluriel sur des objets complexes ».. Congrès international Actualité de la Recherche en Education et Formation (AREF2019)., Université de Bordeaux, Jul 2019, Bordeaux, France. ⟨hal-02182883⟩

Share

Metrics

Record views

14