Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Enjeux transculturels de la mondialisation

Résumé : La mondialisation caractérise une nouvelle réalité à la fois professionnelle, pédagogique et existentielle de notre époque. Ce contexte géopolitique et historique exige une approche spécifique pour former les étudiants. Il ne s'agit pas cependant d'ajouter une nouvelle discipline à la série ni d'introniser une discipline déjà existante d'une spécialité, mais bien plutôt d'assumer la nécessaire transdisciplinarité requise pour comprendre la transculturalité à l'oeuvre dans la mondialisation contemporaine. Car le fond du problème revient à comprendre ce qu'est la culture, mais aussi la différence entre les cultures, sans perdre de vue l'horizon d'un universel. Or notre compréhension de la culture s'avère aujourd'hui confuse et controversée, comme le marque la prolifération des termes et des débats sur le multiculturalisme, l'identité nationale, le phénomène identitaire, le choc des cultures, etc. Par ailleurs, on ne croit plus guère en l'universel face aux particularismes et au relativisme. Or une juste compréhension de la culture suppose l'horizon de l'universel. Pour qu'il y ait culture, il faut bien qu'une certaine unité émerge sans quoi nous ne saurions la caractériser. Nous parlons ordinairement de culture française, chinoise ou ghanéenne. Mais nous parlons aussi de culture scientifique, musicale, orale ou écrite. A chaque fois, nous désignons une multiplicité unifiée. Or cette unité peut se définir selon deux aspects. Premièrement, elle s'unifie en se différenciant. Ainsi la culture française se distingue de la culture anglaise ou japonaise ; la culture orale de la culture écrite ; la culture scientifique de la culture commerciale. Deuxièmement, elle s'unifie de façon interne. Chacun vit immergé dans sa propre forme de vie ; mais cela ne signifie pas pour autant que chacun comprenne cette forme de vie. Encore faut-il prendre conscience du point de vue qu'elle suppose, ce qui requiert de se déplacer et connaître aussi d'autres cultures. Ainsi la compréhension des cultures induit nécessairement la capacité à dialoguer avec d'autres cultures pour repérer les différences et, en tenant compte du point de vue étranger, pouvoir ressaisir sa propre unité interne, à partir de la diversité des points de vue respectifs. Le dialogue suppose au moins deux points de vue occupés par deux interlocuteurs, mais bien que le terme manque, ces points de vue peuvent se multiplier pour constituer un plurilogue. Le plurilogue se construit par la multiplication des dialogues. Mais justement comment dialoguer en des langues différentes, avec des points de vue distincts, dans des cultures diverses ? Comment assumer le risque du malentendu ? Plutôt que se focaliser sur le message véhiculé dans la discussion, l'enjeu consiste à prendre conscience des subjectivités qui s'expriment, autrement dit à prendre conscience du point de vue que chacun occupe, et en particulier du mien, de l'identité que j'assume par différence et par introspection. Écouter et discuter suppose de ne pas se focaliser seulement sur le contenu du discours, mais de savoir y intégrer les sujets du discours. Cette situation dialogique dessine la structure tout à fait exemplaire d'une formation transculturelle.
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02171068
Contributor : Sarah Carvallo <>
Submitted on : Monday, July 8, 2019 - 1:40:49 PM
Last modification on : Thursday, September 17, 2020 - 8:58:02 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02171068, version 1

Citation

Sarah Carvallo. Enjeux transculturels de la mondialisation. Enrique Sanchez-Albarracin; Jorg Echenhauer. L'ingénieur citoyen: enjeux et exemples d’interdisciplinarité entre les langues-cultures et les sciences humaines dans la formation de l’ingénieur du 21e siècle, Presses des Ponts et Chaussées, 2018, 978-2-85978-519-2. ⟨hal-02171068⟩

Share

Metrics

Record views

64