HAL will be down for maintenance from Friday, June 10 at 4pm through Monday, June 13 at 9am. More information
Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Les carrières militantes. Portées et limites d'un concept narratif

Résumé : C’est dans la petite salle de réunion du Centre de recherches politique de Sciences Po (Cevipof), rue de la Chaise, à Paris, où se tenaient les réunions du Groupe d’étude et de recherche sur le militantisme moral (Germm), qu’est née l’idée d’appliquer au militantisme le concept interactionniste de carrière. Le Germm réunissait pendant les années 1990 autour de Nonna Mayer et d’Olivier Fillieule des doctorants ou de jeunes docteurs qui s’intéressaient à l’action collective et à l’engagement hors des partis ou des syndicats. L’engagement associatif et/ou « mouvementiste » constituait un objet encore peu investi, et la question même du militantisme et des ressorts de l’action collective était largement délaissée par la science politique. Les recherches sur les militants se bornaient, le plus souvent, à inventorier les caractéristiques sociales des adhérents, sans véritablement proposer de modèle d’intelligibilité de l’activisme. Le constat, pourtant récurrent, de la multi-positionnalité des militants indissociablement investis dans plusieurs types de militantisme, ne produisait guère plus que le constat lapidaire que « plus on milite, plus on milite » (pour un état des lieux, voir Subileau, 1981). Appliquée à nos objets du moment (l’engagement pour des « causes » : Droits de l’homme, antiracisme, droit au logement, lutte contre le sida, etc.), cette focale disait bien peu de choses (tous ces militants se recrutaient plutôt dans les classes moyennes à fort capital culturel). Elle laissait dans l’ombre les riches parcours militants (partisans, syndicaux, associatifs) qui les caractérisaient. Le concept de carrière, et plus largement un modèle processuel d’analyse de l’engagement, se révélait alors utile à la fois pour proposer un modèle sociologique d’intelligibilité de l’activisme et pour saisir cette activité sociale dans la continuité des engagements militants que nous observions et dans lesquels elle prenait sens.
Mots-clés : militantisme sociologie
Document type :
Book sections
Complete list of metadata

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02160115
Contributor : Christine Okret-Manville Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Wednesday, June 19, 2019 - 12:47:53 PM
Last modification on : Wednesday, November 17, 2021 - 12:32:10 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02160115, version 1

Citation

Éric Agrikoliansky. Les carrières militantes. Portées et limites d'un concept narratif. Sociologie plurielle des comportements politiques, pp.167-192, 2017. ⟨hal-02160115⟩

Share

Metrics

Record views

268