Open science, vidéoformation et recherche collaborative : quelques obstacles à leurs associations

Abstract : Une ambition structurante du Lieu d’Education Associé de l’Institut français d’Education «Analyse du travail de proviseurs-adjoints de lycée agricoles» est d’éclairer les effets des actions des chefs d’établissement d’enseignement sur les «bénéficiaires de l’action» (élèves, enseignants ...). Dans ce cadre, la situation suivante a été filmée en début d’année : dans une salle decours, face à des élèves de troisième, un enseignant et un proviseur-adjoint exposent un projet pédagogique porté par l’établissement. Quatre entretiens d’auto-confrontation simple ont été alors menés. 1) Le proviseur-adjoint explique à quel point sa présence situe le projet pédagogique au niveau de l’établissement. 2) L’enseignante explique que la présence d’un membre de la direction donne de l’importance aux élèves qui ont besoin de valoriser leur image. 3) Deux élèves expliquent qu’ils se sont demandé s’ils n’avaient pas fait quelque chose de répréhensible, puisque le proviseur-adjoint venait les rencontrer. 4) Deux élèves indiquent qu’ils ne connaissaient pas encore le proviseur-adjoint.Quelques semaines plus tard les membres du LéA sont rassemblés pour commenter la vidéo de la situation. Ils n’ont pas accès aux vidéos d’auto-confrontation, soumises à un embargo d’une année (Veyrac, 2018a, p.102). Ils doivent rejeter ou conserver la première vidéo pour co-concevoir une plateforme de vidéoformation. Un consensus de ne pas retenir la situation filmée apparait, la situation étant jugée comme insuffisamment centrale dans le métier des adjoints.Comment les acteurs impliqués dans la recherche ont-ils vécu et analysent-ils cette situationsous l’angle de la déperdition des données ? Qu’en retiennent-ils pour leurs métiers respectifs? Plusieurs questionnements apparaissent.-La mise en visibilité du travail réel des chefs d’établissement, pourtant appelée de ses vœux par la recherche (Bos et Chaliès), est-elle un leurre lorsque le groupe se porte garant d’une «bonne image» du métier, afin notamment d’en faciliter l’exercice? N’est-ce pas, comme déjà entrevu (Veyrac, 2018b), une ambition impossible lorsqu’elle est co-construite entre proviseurs-adjoints, ingénieur de formation, inspecteurs et chercheurs ? Lorsqu’elle touche à une situation de travail peu fréquente, aux confins du «genre professionnel» (l’OCDE (2016, p. 15) met en avant une faible présence des chefs d’établissement dans les classes en Franceau regard des autres pays) est-elle évitée parce qu’elle amènerait à des débats éloignés des préoccupations centrales ?-Le recours à des vidéos pour la recherche en éducation, peu anonymisables, entrave-t-il la diffusion des connaissances sur l’activité? Cette déperdition de données fait écho aux politiques publiques de la recherche qui tendent à favoriser la mutualisation des données «open data» (Boukacem-Zeghmouri, 2017). Comment de telles vidéos peuvent-elles nourrir des plateformes d’entrepôt de données? La mise en récit et la simulation pourraient y aider.
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02137531
Contributor : Helene Veyrac <>
Submitted on : Thursday, May 23, 2019 - 10:14:22 AM
Last modification on : Friday, June 14, 2019 - 1:10:30 AM

Licence


Public Domain

Identifiers

  • HAL Id : hal-02137531, version 1

Collections

Citation

Hélène Veyrac, Cécile Touchet, Nina Asloum, Audrey Murillo. Open science, vidéoformation et recherche collaborative : quelques obstacles à leurs associations. Les LEA à l'interface entre monde de l'éducation et de la recherche, Institut français d'éducation, May 2019, Lyon, France. ⟨hal-02137531⟩

Share

Metrics

Record views

34