Luis Mariano, passeur de frontières et Esparisien

Abstract : Selon le mot d’Yves Borowice, Luis Mariano fait partie des métèques de la chanson française : des interprètes d’origine étrangère mais totalement intégrés au patrimoine national. Reste que son espagnolité a été l’outil de sa distinction dans le paysage musical et le principal ressort de son adoption par le public français à partir de la fin des années 1940. Entre 1945 et le début des années 1970, le chanteur et les médias instrumentalisent son identité espagnolisante – plutôt que proprement espagnole. Elle constitue le socle de son succès. Cependant, loin des représentations réductrices et stéréotypées, Luis Mariano entretient ce succès en jouant d’une identité toujours plus métissée, façonnée par la référence à l’Espagne, mais aussi à Paris et à des horizons plus exotiques (latino-américain en particulier). Citoyen du monde par goût et par stratégie, il devient une figure d’autant plus fuyante. On doit alors le voir, avant tout, comme un passeur de frontières qui, au final, appartient de la façon la plus complète qui soit aux différentes communautés auxquelles il s’adresse – ce en quoi, en définitive, il est bien aussi français qu’espagnol et personnifie pleinement l’image positive d’un exilé d’adoption, d’un Esparisien.
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02114967
Contributor : Philippe Tétart <>
Submitted on : Tuesday, April 30, 2019 - 8:54:47 AM
Last modification on : Sunday, May 5, 2019 - 8:35:11 AM

Identifiers

Citation

Philippe Tétart. Luis Mariano, passeur de frontières et Esparisien. Volume ! La revue des musiques populaires, Editions Mélanie Seteun 2015, pp.53-67. ⟨10.4000/volume.4590⟩. ⟨hal-02114967⟩

Share

Metrics

Record views

32