Skip to Main content Skip to Navigation
Other publications (Translation)

Les blogs de mode ou les corps ventriloques ; entre mascarade et empowerment

Résumé : Centre Max Weber UMR 52 83 Article paru en roumain , « Blogurile de moda între mascarada si afirmare », Lettre internationale n° 106, Institut culturel roumain, Bucarest, p. 25-39, hiver 2018. La plupart des discours féministes assument depuis leur origine une posture ambivalente : se battre pour abolir la discrimination de genre et tout à la fois lutter pour la reconnaissance d'une identité féminine. Pour réduire cette aporie, Nancy Fraser propose de distinguer entre redistribution statutaire et reconnaissance culturelle (FRASER, 2011). Elle part du constat que, dans les sociétés occidentales, les combats féministes ont contribué, de haute lutte, à la mise en place de pratiques de redistribution et de politiques de parité, par contre les processus symboliques de dénaturalisation et de détraditionnalisation marquent le pas. Ce phénomène s'explique par l'amalgame persistant et ambivalent de représentations identitaires et sociales de la femme qui circule dans la sphère médiatique. Or, cet espace public bourgeois habermassien, toujours synonyme dans nos sociétés de liberté d'expression, a longtemps assuré la fonction, pour la philosophe nord-américaine, d'étalon normatif de la Raison qui s'arrogeait une sorte de monopole sur la rationalité et sur l'expression démocratique. Cette idéalisation a longtemps masqué son caractère idéologique, partial et univoque (NEGT, 2007). Un espace public « pubien », comme le fait remarquer Nancy Fraser, monopolistique, égotiste et viril en fait, dont les femmes, les indigènes, les incultes, tous les "autres" ont été écartés et exclus (FRASER, 2001 ; 131). Les femmes comme les hommes y demeurent toujours assignés à cette hiérarchie sexuée qu'Hélène Théry dénomme « la sexualisation de la distinction de sexe » qu'elle fait remonter à l'institution de la famille conjugale et qui lui confère son « statut fondateur » (THERY, 2007 ; 574). Dès lors, on ne peut que déplorer que le combat féministe dans les médias se réduise rituellement à un pugilat convenu contre le male gaze au moyen d'un logiciel formaté par ceux que Marie-Hélène Bourcier appelle les « féminologues » qui occulte d'autres luttes invisibles. Parmi celles-ci, cette même chercheuse regrette surtout l'absence et souvent le mépris affiché concernant la prise en compte des pratiques et des productions de la culture de masse, attitude diamétralement opposée à celle des chercheurs anglo-saxons qui perçoivent eux, à l'intérieur de cette culture majoritaire et populaire, d'authentiques « zones de résistances ». En se claquemurant dans « la camisole d'un féminisme straight », de nombreuses féministes hexagonales, selon elle, se contentent de vilipender sans retenue cet « opium des connes » (BOURCIER, 2011 ; 9). 1. Un locuteur ambivalent. Il faut néanmoins reconnaître qu'un tel terrain d'observation est complexe et que les points de vue y sont souvent contradictoires. Malgré tout, on doit admettre, avec Eric Macé, que nos sociétés entrent, même si cela se fait à reculons, dans ce que le sociologue appelle « l'après patriarcat », c'est-à-dire la lente déconstruction de la
Document type :
Other publications (4)
Complete list of metadatas

Cited literature [35 references]  Display  Hide  Download

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02054813
Contributor : Jean-Claude Soulages <>
Submitted on : Saturday, March 2, 2019 - 11:59:54 AM
Last modification on : Tuesday, April 14, 2020 - 3:36:03 PM
Long-term archiving on: : Friday, May 31, 2019 - 1:38:46 PM

File

Les blogs de mode ou les corps...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02054813, version 1

Citation

Jean-Claude Soulages, Alexandra-Oana Irimescu. Les blogs de mode ou les corps ventriloques ; entre mascarade et empowerment. 2018. ⟨hal-02054813⟩

Share

Metrics

Record views

110

Files downloads

115