Extension signée de la domination des noyaux maxitifs

Olivier Strauss 1 Agnès Rico 2
1 ICAR - Image & Interaction
LIRMM - Laboratoire d'Informatique de Robotique et de Microélectronique de Montpellier
Résumé : Les noyaux de convolutions sont des outils indispensables en traitement du signal. Ils permettent de modéliser le comportement d'un capteur, de définir les propriétés d'un filtre, de transformer une opération continue en opération discrète, etc. Une des difficultés est cependant d'identifier quel noyau utiliser pour quelle application. Dans des articles précédents, nous nous sommes appuyés sur une analogie simple entre noyaux de convolution positifs et distributions de probabilités pour définir la notion de noyau maxitif. Un noyau maxitif permet de représenter un ensemble convexe de noyaux de convolutions positifs, c'est à dire une information imprécise sur le noyau à utiliser. Cependant, dans de nombreuses applications, comme par exemple le filtrage, on peut être amené à utiliser des noyaux de convolutions signés. Nous proposons, dans cet article, d'étendre la notion de domination des noyaux maxitifs aux noyaux de convolution signés, ce qui va nous mener dans la contrée controversée des fonctions d'ensembles signées donc non-monotones.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02053041
Contributor : Agnes Rico <>
Submitted on : Thursday, February 28, 2019 - 10:01:40 PM
Last modification on : Wednesday, April 3, 2019 - 1:12:12 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02053041, version 1

Citation

Olivier Strauss, Agnès Rico. Extension signée de la domination des noyaux maxitifs. LFA: Logique Floue et ses Applications, Oct 2019, Arras, France. ⟨hal-02053041⟩

Share

Metrics

Record views

72