Création, diffusion et gestion des corpus numériques francophones : enjeux pédagogiques et scientifiques, pour les bibliothécaires et les archivistes français

Résumé :

Création, diffusion et gestion des corpus numériques francophones :

enjeux pédagogiques et scientifiques pour les bibliothécaires et les archivistes français

 

La définition de la numérisation de collections, et en particulier de collections patrimoniales, paraît simple au premier abord : il s’agit de convertir au format numérique des documents anciens, précieux ou rares, afin de les diffuser largement, par le biais des réseaux informatiques, sans déperdition d’informations. Enjeu de mémoire et de diffusion des savoirs, la numérisation serait garante d’une nouvelle forme de perpétuation culturelle. La copie numérique de la source primaire constituerait une chance de vie parallèle au document original, l’image permettant une consultation sans contrainte d’espace et de temps et sans risque de dégradation. En ce sens, la numérisation est un outil de la construction de la mémoire humaine et constitue un enjeu stratégique important pour les politiques culturelles et linguistiques des Etats. Si la définition liminaire de la numérisation semble évidente,  sa mise en œuvre, à l’échelle nationale, ne l’est pas.  

Que numérise-t-on ? Dans quel but ? Pour qui ? Et pourquoi ? Ces questions sont à la base des choix stratégiques des politiques publiques en matière de constitution de corpus digitaux et peuvent se décliner en aspects techniques, financiers, géographiques, économiques. Numériser n’est jamais neutre, c’est un engagement fort, jouant le rôle de vitrine des politiques culturelles nationales. Plus qu’une technique, c’est une politique de diffusion d’une culture, d’une pensée, de valeurs, d’une langue.

Dans ce contexte, le rôle des bibliothécaires et des archivistes français est en pleine mutation. Les métiers s’adaptent à ces nouveaux enjeux pour participer de la diffusion massive des savoirs via la constitution des corpus numériques. La structuration des formations universitaires destinées à former les futurs professionnels de la documentation et de l’information donnent désormais une large part à la construction de ces corpus et témoignent de cet élan (adaptation des maquettes pédagogiques, évolution des formations, création d’options originales et très spécialisées, crowdsourcing étudiant de corpus francophones, participation à des numérithons, sujets de recherches doctorales sur les corpus francophones en Afrique, etc.)

Ces pratiques pédagogiques et professionnelles innovantes s’adossent souvent à des programmes de recherches visant à étudier les stratégies de numérisation des corpus patrimoniaux à l’échelle de l’Europe et à évaluer le rôle de la France dans la diffusion de corpus numériques, véritables vecteurs de la culture et de la langue française. Le programme de recherche Alma-NatioNum (Université d’Angers), pose la question des choix stratégiques des politiques de numérisation en France et en Europe.

Comment sont décidées et orientées, au niveau national, les politiques de numérisation patrimoniale ? Quels sont les critères de sélection des corpus à numériser ? Que cela signifie-t-il en termes d’identité culturelle, de rayonnement scientifique et linguistique ? Quel rôle pour les bibliothécaires et les archivistes français dans la diffusion des savoirs et la construction de ces corpus ? Cela constitue un champ d’investigation significatif des humanités numériques en construction en particulier avant l’onde de choc qu’est l’apparition de Google Print, en 2004. Cet avant Google Print, devenu désormais Google Books, ressemble à une enclave de liberté relative où les politiques nationales de numérisation s’orientaient principalement vers une sélection très restreinte et vue comme parfois élitiste ou spécialisée. Preuve en est les premières orientations données en France à Gallica, la bibliothèque numérique nationale, qui prônait la création d’un écrin pour corpus numériques triés sur le volet. La suite, radicalement différente, donnée à ce projet, suite aux prises de position de Jean-Noël Jeanneney dans son célèbre essai, engagèrent la Bibliothèque nationale de France à se réorienter vers la numérisation de masse. Plus récemment, nous pourrons analyser les stratégies déployées par différentes institutions pour diffuser des corpus d’écrivain(e)s, d’auteurs français(e)s, de juristes, etc.

Nous chercherons donc à établir un paysage de la numérisation des fonds patrimoniaux en tant que vecteurs transnationaux de la culture, de l’identité et de la langue de notre pays.  Notre réflexion inclura spécifiquement les structures culturelles comme les archives, les musées et les bibliothèques qui deviennent de facto des « bibliothèques de production » en numérisant leurs fonds. La transformation du document patrimonial en copie numérique cristallise des problématiques particulières, scientifiques, techniques, historiques, matérielles, sur un territoire donné mais – de par son mode de diffusion non restreint – rayonne à l’international.

Type de document :
Communication dans un congrès
Journée d'étude de la Francophonie Numérique, Université d'Utrecht, 2017, Untrecht, Pays-Bas. 2017
Liste complète des métadonnées

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01948034
Contributeur : Okina Université d'Angers <>
Soumis le : vendredi 7 décembre 2018 - 13:16:58
Dernière modification le : mercredi 19 décembre 2018 - 14:14:01

Identifiants

  • HAL Id : hal-01948034, version 1
  • OKINA : ua18299

Collections

Citation

Florence Alibert. Création, diffusion et gestion des corpus numériques francophones : enjeux pédagogiques et scientifiques, pour les bibliothécaires et les archivistes français. Journée d'étude de la Francophonie Numérique, Université d'Utrecht, 2017, Untrecht, Pays-Bas. 2017. 〈hal-01948034〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

19