La prise de décision militaire à la fin du règne de Louis XIV : l'exemple du siège de Turin, 1706

Résumé : La campagne de 1706 en Italie représente un revers complètement inattendu pour les armées de Louis XIV et de Philippe V : alors que les Franco-espagnols sont maîtres de toutes les places de Lombardie et de Piémont, à l’exception de Turin qu’ils assiègent, ils n’arrivent pas à empêcher l’armée du prince Eugène, réfugiée au nord-est de la Péninsule, de traverser toute l’Italie du nord pour venir libérer la capitale savoyarde. Les forces françaises elles-mêmes sont rejetées hors d’Italie. Cet article étudie la campagne de 1706 en s’intéressant principalement aux échecs du haut commandement français. L’analyse des processus de prise de décision à la tête d’une armée dévoile les lignes de commandement réelles, qui viennent doubler, renforcer ou neutraliser les relations hiérarchiques théoriques. Le rôle de la Cour apparaît en définitive relativement limité. Le problème réside plutôt dans l’existence de rivalités entre les différents chefs d’armée, ou entre les généraux et leurs subordonnés. Par ailleurs, les intérêts personnels des gradés – la recherche de la gloire, de l’avancement ou de l’enrichissement personnel – prirent souvent le pas sur les exigences militaires.
Type de document :
Article dans une revue
Histoire, économie et société, Armand Colin, 2010, 29e année (2), 〈10.3917/hes.102.0023〉
Liste complète des métadonnées

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01904787
Contributeur : Clément Oury <>
Soumis le : jeudi 25 octobre 2018 - 12:02:32
Dernière modification le : mercredi 7 novembre 2018 - 01:15:00

Fichier

HES_102_0023.pdf
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Identifiants

Collections

Citation

Clément Oury. La prise de décision militaire à la fin du règne de Louis XIV : l'exemple du siège de Turin, 1706. Histoire, économie et société, Armand Colin, 2010, 29e année (2), 〈10.3917/hes.102.0023〉. 〈hal-01904787〉

Partager

Métriques