Hybridation et communautés d'apprentissage : quels liens entre les différents niveaux et types de communautés et la socialisation dans un dispositif hybride de formation en contexte universitaire ?

Résumé : Hybridation et communautés d'apprentissage : quels liens entre les différents niveaux et types de communautés et la socialisation dans un dispositif hybride de formation en contexte universitaire ? Anne-Laure Foucher et Véronique Quanquin Laboratoire de Recherche sur le Langage Université Clermont Auvergne Mots clés : hybridation, sociabilité, communautés d'apprentissage, temporalité, interaction Nous nous intéressons aux liens existants entre la dynamique de sociabilité et les différents niveaux de communautés d'apprentissage interagissant dans un dispositif hybride universitaire. Les recherches sur les groupes présentiels ont montré "qu'un groupe constitue une entité au potentiel dynamisant qui favorise l'émergence de pratiques de partage, d'apprentissages et que, de sa dynamique propre, se dégagent des formes d'influences qui peuvent affecter d'autres communautés" (Daele et Charlier, 2002 : 117). Est-ce le cas dans les dispositifs hybrides ? En quoi le caractère hybride d'une formation peut influer sur la socialisation, étant donné que les communautés d'apprentissage, envisagées comme des processus et non des entités (Daele, 2004), s'y développent selon des modalités très différentes-en présentiel et à distance, en synchronie, en asynchronie, de manière médiatisée ou nonet avec des contours différents (effectifs et lieu de socialisation) ? Le dispositif pédagogique que nous analysons est hybride et met en relation deux types de publics universitaires aux objectifs différents, élèves-ingénieurs de 4è année en Génie Electrique et étudiants de Master de Sciences du Langage, futurs enseignants de langue française : les premiers ont pour objectif de développer leur compétence d'écriture professionnelle ; les seconds ont à se former à l'accompagnement distanciel de tâches d'écriture. L'hybridation de ce dispositif est pensée comme suit : les 2 publics ont des enseignements présentiels semestriels (en volumes non équivalents et fortement contraints) ; la partie distancielle est constituée d'une mise en situation de quelques semaines (durée identique pour les deux parties) où les premiers ont à écrire un article de vulgarisation scientifique et les seconds accompagnent ce processus d'écriture, via Moodle. Dans ce contexte hybride particulier, on distingue plusieurs niveaux de communautés d'apprentissage potentielles qui vont interagir et dont périmètres et modalités de développement sont divers (D'Halluin et Vanhille, 2000). "Potentielles" car selon Dillenbourg et al. (2003 : 5), "tout groupe d'apprenants ne constitue pas une "communauté" d'apprentissage. Pour co-construire une culture, les membres d'une communauté doivent s'engager dans des modes d'interaction plus intenses que le simple échange d'informations sur le web (et harmoniser) l'aspect social de leur relation avec l'aspect académique". Pour faire "communauté d'apprentissage", plusieurs facteurs sont nécessaires dont les manifestations de la présence sociale via certains types d'interactions (expressions d'attention mutuelle, de renforcement social, des émotions, etc.) (Garrison et al, 2000 ; Ciussi Bos, 2007). De même, Dejean-Thircuir (2008) identifie 4 leviers pour la "transformation" de groupes en véritables communautés d'apprentissage : dévoilement de soi, humour, gestion des conflits et partage de normes interactionnelles. Les facteurs de contexte et de temporalité sont également importants (Deschryver, 2008). Ainsi, un 1er niveau de communauté potentielle d'apprentissage est constitué par les deux promotions d'étudiants. Ces deux communautés n'ont rien de commun si ce n'est d'appartenir à la même université. A un 2ème niveau, d'une part sont constitués des binômes de tuteurs (étudiants SDL) et d'autre part des petits groupes de 4 à 6 tutorés (élèves-ingénieurs). A un 3è niveau, sont associés dans des groupes de tuteurs-tutorés, binômes de tuteurs et petits-groupes d'élèves-ingénieurs. Enfin, selon les choix d'accompagnement opérés par les tuteurs, il peut y avoir des communautés plus petites : 1 tuteur / 1 tutoré (4è niveau). Toutes ces communautés en devenir, si elles ont des objectifs communs d'apprentissage, n'ont pas toutes le même vécu : leur temporalité d'existence est différente (de plusieurs années à quelques semaines). De même, le caractère fort ou faible
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01898370
Contributor : Anne-Laure Foucher <>
Submitted on : Wednesday, November 6, 2019 - 5:50:33 PM
Last modification on : Thursday, November 7, 2019 - 2:46:38 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01898370, version 1

Collections

Citation

Anne-Laure Foucher, Véronique Quanquin. Hybridation et communautés d'apprentissage : quels liens entre les différents niveaux et types de communautés et la socialisation dans un dispositif hybride de formation en contexte universitaire ?. colloque international EPAL (Echanger Pour Apprendre en Ligne), Jun 2018, Grenoble, France. ⟨hal-01898370⟩

Share

Metrics

Record views

25

Files downloads

2