POPULISME et DROITS DE L'HOMME. Du désenchantement à la riposte démocratique.

Résumé : Populisme. La charge péjorative du mot est indéniable : il se situe du « côté obscur de la politique » – pour reprendre l’expression de la linguiste Marie-Anne Paveau. Sur la base d’une recherche aléatoire relative aux contextes et aux usages effectifs de ce « mot voyageur » dans une série hétéroclite de supports de communication, elle a confirmé ce qu’instinctivement le sens commun impose : l’indéniable connotation dépréciative de ce mot en isme. Droits de l’homme. C’est exactement l’inverse. Bien que les droits de l’homme aient toujours fait l’objet de discussions quant à leur fondement, leur nature, leurs titulaires, leur universalité – on ne peut pas affirmer qu’il y ait d’emblée – quand on prononce cette formule de « droits de l’homme » qui existe dans le patrimoine juridique mondial depuis 1789 – une charge politique négative aussi puissante, notamment dans le langage courant, que celle induite par le mot populisme . La mise en relation de ces deux termes paraît donc a priori étrange, voire inappropriée. Et pourtant, ces deux mots et les charges politiques qu’ils impliquent s’inscrivent dans des trajectoires particulièrement sinueuses, complexes lesquelles, en réalité, se croisent et s’entrecroisent pour le pire et le meilleur. Le pire, c’est l’instrumentalisation par les logiques populistes des faiblesses inhérentes au droit des droits de l’homme et des mécanismes de leur protection juridictionnelle ; tandis que le meilleur, c’est la riposte des juridictions des droits de l’homme contre les effets dévastateurs des régimes populistes. Avant d’examiner ces interactions complexes pour ne pas dire sinueuses, il n’est guère possible, au préalable, de faire l’économie du passage obligé consistant à savoir si les savants, qui se sont penchés sur l’étude du populisme – son histoire, ses caractéristiques, ses objectifs – ont réussi à le définir, d’autant plus quand on rappelle son « voisinage » linguistique avec le mot « populaire » qui entraîne systématiquement, toutes les confusions et les amalgames idéologiques possibles . En effet, «si le populisme s’associe de façon automatique à un certain style d’appel au peuple, l’affirmation symbolique de la souveraineté populaire caractérise également la représentation classique. C’est bien là le problème : populistes et démocrates se disputent le monopole de la référence au Peuple souverain auxquels les uns et autres acceptent de se subordonner ».
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

Cited literature [34 references]  Display  Hide  Download

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01885818
Contributor : Laboratoire Iredies <>
Submitted on : Monday, January 21, 2019 - 12:41:07 PM
Last modification on : Tuesday, May 28, 2019 - 11:47:55 AM

File

L. Burgorgue-Larsen in CRDH Re...
Explicit agreement for this submission

Identifiers

  • HAL Id : hal-01885818, version 2

Collections

Citation

Laurence Burgorgue-Larsen. POPULISME et DROITS DE L'HOMME. Du désenchantement à la riposte démocratique.. Edouard Bubout et Sébastien Touzé. Refonder les droits de l'homme. Des critiques aux pratiques, ⟨Pedone⟩, pp.199-261, 2019, 978-2-233-00900-5. ⟨hal-01885818v2⟩

Share

Metrics

Record views

102

Files downloads

486