Préface. Science mondiale, nationale, locale. . .

Résumé : Le projet « Science locale, nationale, mondiale en transformation. Pour une socio-géographie des activités et des institutions scientifiques académiques » avait pour objectif d’étudier les logiques concrètes de déploiement des activités scientifiques dans l’espace géographique, à différentes échelles, sans tenir pour acquises les considérations énumérées plus haut. Cette recherche collective comprenait à la fois des études historiques sur l’espace scientifique français et d’autres systèmes nationaux, des observations sociologiques sur les mobilités des étudiants et des chercheurs et des analyses bibliométriques portant sur l’ensemble des villes du monde. Cette combinaison d’approches est nécessaire. Les analyses bibliométriques permettent de se faire une idée du déploiement des activités scientifiques dans l’espace géographique. Les études historiques sont indispensables parce que ce déploiement est marqué de fortes inerties relativement à des décisions anciennes de création d’établissements d’enseignement ou de recherche. Les enquêtes sociologiques éclairent les logiques sociales qui sous-tendent les mobilités et les collaborations, qui forment la trame des échanges entre les villes et les pays. Les résultats de ces travaux ont bousculé plusieurs certitudes bien ancrées, notamment celles concernant la supposée domination croissante des « villes mondiales » (c’est l’inverse qi se produit) ou le phénomène de mondialisation (qui n’efface pas les contextes nationaux). L’un des aspects les plus intéressants de la recherche consistait à remobiliser les études de grande qualité conduites depuis des années au sein de l’Institut de Recherche pour le Développement autour de problématiques transversales. Il s’agissait en particulier d’éclairer les évolutions de l’espace scientifique mondial à partir d’études sur des pays « non hégémoniques », complétées et mises en perspective par des apports historiques et bibliométriques sur d’autres parties de cet espace. La vision qui émerge de cet examen minutieux est bien loin de se réduire aux quelques thèses trop générales exposées plus haut. D’une forte hégémonie de l’Europe, de l’Amérique du Nord, puis du Japon, on passe progressivement à un espace scientifique plus complexe, où des rééquilibrages importants se produisent, entre les pays aussi bien qu’entre les villes au sein de ces pays. La recherche est devenue une activité de plus en plus importante par le nombre de personnes qui s’y impliquent et elle s’est en quelque sorte banalisée sur le plan de sa diffusion dans l’espace. Naturellement, cela ne va pas sans difficultés, tensions, compétitions et rapports de force dans un contexte où ceux qui se dédient à la recherche doivent composer avec des situations économiques, politiques et sociales plus ou moins favorables ou contraignantes, voire parfois dramatiques. C’est cette réalité complexe et mal connue que cet ouvrage permet d’appréhender, grâce aux efforts coordonnés d’historiens, géographes et sociologues qui auscultent depuis longtemps ses différentes facettes. Espérons qu’il contribuera à ouvrir des réflexions plus nuancées et conduire à des politiques plus pertinentes que celles qui portent actuellement sur les évolutions de la science mondiale.
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01826968
Contributor : Michel Grossetti <>
Submitted on : Saturday, June 30, 2018 - 7:03:53 PM
Last modification on : Thursday, June 20, 2019 - 4:22:36 PM
Long-term archiving on : Thursday, September 27, 2018 - 12:12:07 PM

File

MG-préface science mondiale.p...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01826968, version 1

Collections

Citation

Michel Grossetti. Préface. Science mondiale, nationale, locale. . .. Mina kleiche Dray. Les ancrages nationaux de la science mondiale, XVIIIe-XXIe siècles, Éditions des archives contemporaines; IRD éditions, pp.i-iii, 2018, 978-2-8130-0271-6. ⟨hal-01826968⟩

Share

Metrics

Record views

280

Files downloads

60